Le musée MINIATURE & CINÉMA

lyon

 

Un lieu vivant...


Les artistes travaillent quotidiennement dans leur atelier de création de miniatures et de restauration d'objets authentiques de cinéma. Ils viennent de restaurer pour le bonheur de tous la fantastique Reine Alien des studios ADI qui trône à ce jour dans sa cage au 2ème étage du musée.


Le musée du cinéma et des miniatures a élu domicile dans la célèbre «Maison des Avocats»  une bâtisse datant du XVI°siècle classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco située en plein coeur du «vieux Lyon», Deux musées en un au concept unique dans un lieu d’exception.

Un concept unique

Deux musées en un !


Fondé par le miniaturiste Dan Ohlmann, le Musée Miniature et Cinéma présente en exclusivité à Lyon deux collections rares et insolites : D'une part celle des scènes en miniature d'artistes miniaturistes internationaux soit 100 reproductions hyperréalistes de nos espaces de vie quotidienne.

D'autre part une exposition unique en Europe permettant de tout comprendre sur les techniques des effets spéciaux du cinéma. Ce parcours pédagogique illustré par plus de 300 objets originaux de tournages révèle la magie des plus grands studios de cinéma actuels.

Un peu

d’histoire...

Un étonnant voyage dans une autre dimension

Micro sculpture

© musée Miniature et Cinéma

1990  La vie lyonnaise


Pendant dix ans, le Palais de la Miniature rassemble plus d'un millier de chefs-d'oeuvre d'artistes venus du monde entier ; il devient rapidement un lieu insolite apprécié des lyonnais. En 2000, séduit par une proposition parisienne, il installe à France Miniature à l'initiative du " Groupe Grévin " une grande collection de scènes miniaturisées.



Le miniaturiste installé depuis deux ans à Paris découvre qu'il bénéficie d'une chance inattendue, celle d'être révélé comme le premier miniaturiste en France. Dan Ohlmann est l’organisateur artistique et le co-fondateur du premier Festival International de la Miniature qui accueille 25000 visiteurs en 5 jours.

Il lance son exposition itinérante intitulée "Les Miniatures de Dan Ohlmann" présentée en France et en Europe mais aussi au Japon. Ses oeuvres sont également exposées aux USA lors d'une tournée placée sous le Haut Patronage du Ministère de la Culture.


1985 Un miniaturiste 

à l’aventure


Ebéniste de métier, Dan Ohlmann crée en 1985 sa première collection de meubles en miniature. Passionné du style Art Nouveau, il réalise en1987 à l’échelle 1/12 ème l’intérieur du célèbre restaurant Maxim’s de Paris. Cette pièce hyperréamiste associant performance er connaissances architecturales, surprend sur le sol française.

2003  La rencontre

qui change tout


Une collectionneuse suisse renommée dans le monde de la miniature propose à Dan Ohlmann de changer son petit musée familial en un lieu d'envergure nationale. Elle lui permettra de s'installer dans une grande bâtisse lyonnaise datant du 16ème siècle, la "Maison des Avocats", dont elle est la propriétaire.


2005  Musée Miniature

et Cinéma


En février 2005, le musée accueille toutes les pièces de Dan Ohlmann dans ce lieu classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco. Viennent s’y ajouter les œuvres de dizaines de miniaturistes ainsi qu’une collection permanente dédiée aux arts et techniques des effets spéciaux de cinéma.



Dan Ohlmann tient à remercier sans les nommer toutes les personnes qui lui ont permis depuis plus de vingt ans de vivre cette aventure : la collectionneuse Suisse qui a fortifié son musée, les médias qui l’ont soutenu, les collaborateurs, les amis artistes et les membres de sa famille.

Le seul nom qu’il aime à citer est celui de Pierre Cardin. Il fut en 1987 " l’homme qui a tout déclenché ", mais pourquoi en parler ? Sans doute parce que lui-même ne l'a jamais su ...

Dan Ohlmann

Artiste Miniaturiste

Fondateur du Musée

Ebéniste, sculpteur, architecte d’intérieur et décorateur de théâtre, Dan Ohlmann est depuis vingt ans un miniaturiste passionné. Son long parcours professionnel et les exigences de la vie d’artisan lui ont apporté de solides compétences techniques.


De son passé d’ébéniste, il garde cette rigueur d’exécution qu’impliquent les métiers d’art. Cette rectitude, ce besoin d’authenticité qui même en minuscule respectent les échelles, les styles académiques ou populaires, les assemblages traditionnels ainsi que la maîtrise de tous les matériaux d’origine.


Sculpteur, il modèle et taille : volutes, feuilles d’acanthes, rosaces, frises ou fresques souvent nécessaires à la fidélité de reproduction d’un lieu ouvragé.


Architecte, il maîtrise les traçages complexes des indispensables plans de ses futures miniatures, faisant des centaines de relevés de cotes, de croquis et de photographies. De cette manière il analyse minutieusement les lieux grandeur nature à reproduire. Pour la confection de ses espaces miniaturisés, il réalise les mêmes dessins et calculs que ceux qu’il employait autrefois lors de réhabilitations, aménagements et constructions d’espaces à l’échelle 1.


Décorateur et passionné de mises en scènes, son attirance pour les ambiances habitées et les atmosphères riches de présences humaines lui permettent aujourd’hui de réaliser avec beaucoup de sensibilité ces étonnants mirages visuels qu’il nomme “réels”.

Travail sur la miniature de la prison

Saint-Paul,  ancienne prison lyonnaise 

© musée Miniature & Cinéma

Le Théâtre

© musée Miniature & Cinéma

Après le théâtre.. Le restaurant...chez Maxim’s rue Royale à Paris

L’entrepôt Dan Ohlmann - 1/12ème

© musée Miniature & Cinéma

Impressionnante

collection Miniature !


Elle comprend 100 scènes miniaturisées, plus de 1000 objets et elle se donne pour mission de collectionner, d’exposer et promouvoir le travail des miniaturistes du monde entier. La totalité de l’oeuvre de Dan Ohlmann, artiste miniaturiste et directeur fondateur du musée est présentée aux côtés d’autres artistes tels que Ronan-Jim Sevellec,Julien Martinez, Françoise Andres, Yves Chouard ou Michel Perez. Différentes techniques et recherches artistiques sont également proposées au travers du papier découpé, de la dinanderie, de l’orfèvrerie, de la verrerie de l’origami...

Le Restaurant

chez Maxim’s à Paris

© musée Miniature & Cinéma

Le dortoir

© musée Miniature & Cinéma

Le Muséum d’Histoire Naturelle

de Dan Ohlmann 1/12ème

© musée Miniature & Cinéma

Plusieurs salles sont consacrées aux métiers d'Art en miniature. De l'ébénisterie à la lutherie en passant par l'orfèvrerie et la maroquinerie, les talents variés d'Artisans d'Art venus du monde entier s'expriment au travers de loupes dans une collection d'un millier d'objets surprenants de finesse. Oeufs cisellés, papiers micro-découpés, origamis, allumettes sculptées et bien d'autres chefs-d'oeuvre de patience et de dextérité sont présentés dans la salle des performances.

La cantine

© musée Miniature & Cinéma

L’Art

de la miniature


Plusieurs expressions miniaturistes sont à découvrir dans le musée : La collection principale est unique en France car elle rassemble sur 2 étages plus de 100 miniatures hyperréalistes. Au delà de la performance, ces oeuvres créées par des artistes européens sont de véritables boîtes à " mirages visuels " évoquant à tous souvenirs et nostalgie tant les scènes reproduites sont troublantes de réalisme. L'éclairage subtil des scènes, l'imitation de la patine du temps et l'utilisation fréquente des matériaux d'origine font qu'une poésie émouvante se ressent à chaque nouveau panorama miniature découvert par le visiteur.


Les archives

© musée Miniature & Cinéma

Les miniatures de Dan Ohlmann


Toutes les scènes hyperréalistes de Dan Ohlmann sont réunies dans son musée à Lyon, fruit de 20 années de passion créatrice en atelier. Cet ancien ébéniste réalise ses miniatures animé d'une seule envie : inviter le spectateur à découvrir ou retrouver différentes ambiances et atmosphères de la vie quotidienne. De la mansarde d'artiste des années 80 à l'espace triste d'un intérieur de prison, en passant par les beautés architecturales "Art Nouveau" du restaurant Maxim's de Paris, Dan Ohlmann révèle la poésie qui s'empare de tout lieu lorsqu'il est fortement chargé d'histoire. Temple Zen feutré rencontré au Japon ou atelier de tisseur lyonnais, le miniaturiste construit toutes ses oeuvres évocatrices en partant de centaines de photographies et mesures prises sur les lieux d'origine. Après cette enquête longue et minutieuse, la fabrication de la miniature, reproduction fidèle à l'échelle, nécessite de très longs mois de travail alliant précision et savoir-faire. Dan Ohlmann entraîne l'observateur dans sa propre aventure, un étonnant voyage dans une autre dimension.





Le Loft du Collectionneur de Brooklyn - Dan Ohlmann- 1/12ème - 2013

© musée Miniature & Cinéma

Quand le musée fait son cinéma !


Un espace consacré

aux arts et techniques


C’est un espace permanent consacré aux arts et techniques des effets spéciaux au cinéma. Le projet est initié à l’origine par Dan Ohlmann, miniaturiste, créateur du concept dès 1988. Il est secondé à ce jour par Laurie Chareyre, miniaturiste, décoratrice, chargée des acquisitions et des prêts des pièces de cinéma et par Alain Bielik, rédacteur en chef du magazine SFX, responsable du contenu pédagogique et iconographique de l’exposition. Toutes les pièces exposées sont des pièces originales et sont issues des plus grands studios américains et européens.

Animatroniques

Masques et prothèses


Lorsque la morphologie d’une créature ne permet pas de faire appel à un acteur, on utilise l’animatronique (contraction de “animation électronique”). Le personnage est représenté par une marionnette mécanique recouverte d’une peau en mousse de latex. Il est animé par une multitude de câbles, de vérins et de mécanismes internes créés sur mesure et actionnés à distance par télécommande.


De nombreuses pièces

sont remises à neuf

dans les ateliers du musée


De nombreuses pièces au sortir d’un tournage sont endommagées. Celles-ci sont alors remises à neuf dans les ateliers du musée. Certains musées ou studios voient ainsi leurs pièces entièrement restaurées en échange d’une année ou deux d’exposition de celles-ci dans les salles de collection. Cette entente permet de varier au fil du temps le contenu des expositions et de participer ainsi à la sauvegarde de nombreux objets mythiques du 7ème Art.

Finitions sur le costume du «Dernier Empereur»

© musée Miniature  & Cinéma

Un décor du film « Le parfum »  

© musée Miniature & Cinéma


Le musée

c’est aussi...


1 000 m2 

12 salles d’exposition

6 décors grandeur nature

200 films représentés

400 pièces

et supports exposés,

1 parcours pédagogique

décliné en 14 thèmes

Collection Cinéma :

la Reine Alien

Après une année complète de restauration, l’Alien Queen, un des monstres robotisés les plus surprenants de l’histoire du cinéma a pris place dans la collection cinéma. Cette renaissance a été rendue possible grâce au travail de deux passionnés : Dan Ohlmann, cinéphile et fondateur du Musée et Patrick Clody, expert en mécanique.

Les origines de l’Alien Queen : H.R. Giger était le père et designer de la créature fantastique Alien, emblème de la saga éponyme dont le premier volet a été réalisé par Ridley Scott. Pour le deuxième opus « Aliens », la Reine Alien a été inventée et dessinée par James Cameron en collaboration avec un maître des effets spéciaux Stan Winston.

Cette même Reine apparaît à une autre reprise dans le quatrième volet de la saga : « Alien Ré- surrection » de Jean Pierre Jeunet. On aperçoit furtivement sa tête lors de la scène mythique où Sigourney Weaver est dans son nid.

Une nouvelle Reine Alien encore plus monumentale est créée par Amalgamated Dynamics Incorporation (A.D.I) pour le tournage de « Alien vs. Predator » de Paul W.S. Anderson. L’animatronique géant était contrôlé par ordinateur et animé par un réseau de vérins hydrauliques, câblages et servomoteurs.


Le rendu à l’image pouvait rivaliser avec celui de l’animation numérique de plus en plus utilisée dans les studios. C’est cet animatronique star qui est aujourd’hui à Lyon.

Dan et sa reine Alien

© musée Miniature & Cinéma

Des partenariats avec plus

de 30 studios et musées

dans le monde dont :


Studios USA

A.D.I (Almagamated dynamics Inc.)

KNB

20th Century Fox

New Deal Studios

Grant Mc Cune Design


Musées

La Cinémathèque Française

La Deutsche Kinemathek


Studios européens

Proteus FX

Nomansland

Constantin Film Munich

Shepperton Studios London

Studios de Babelsberg


Studios français :

Atelier No Man’s Land

Atelier 69

Laurie restaure le Capitole du film «Independence Day» de Roland Emmerich

© musée Miniature & Cinéma

Animatroniques du film Gremlins 2

de Joe Dante et A.B.E. de François Hassoun

© musée Miniature & Cinéma

Petite histoire

des Effets Spéciaux


Dès les débuts du cinéma, les films ont utilisé la magie visuelle pour produire des illusions et sur- prendre ainsi le public. Une multitude de mécanismes et de techniques ont vu le jour afin d’émer- veiller celui-ci. Le pouvoir photogénique de l’image réside dans cette qualité propre à la photo- graphie de dédoubler le réel. Fixé sur pellicule, le réel acquiert de nouvelles propriétés, il devient «magique», ce qui était banal devient alors unique, fantastique et spécial ! L’utilisation des effets spéciaux permet ainsi aux créateurs de plier le réel à leurs exigences et à leurs besoins, qu’ils soient d’ordre temporel, physique, esthétique, etc. Ils peuvent ainsi modifier des lieux, créer ou recréer des situations, des créatures irréelles ou monstrueuses....


Galion Richelieu, les Trois Mousquetaires © musée Miniature & Cinéma

Les effets spéciaux sont donc de l’ordre de l’illusion et du faux semblant et sont avant tout des techniques diverses qui ont énormément évolué et continuent d’évoluer avec la technologie. Le but à atteindre reste identique : tromper, sidérer, amuser, bluffer le spectateur, la force d’un effet spécial réside dans son pouvoir de séduction et d’illusion.

Valérie et le dauphin mécanique du film

«L’incroyable Histoire de Winter le dauphin»

© musée Miniature & Cinéma

Le Lewis and Clark du film «Event Horizon»

© musée Miniature & Cinéma

Pour vous rendre au musée Miniature et Cinéma

Musée Miniature et Cinéma  «Maison des Avocats»  60 rue Saint-Jean 

69005 Lyon - F - Tél :  04 72 00 24 77 - Fax : 04 78 29 38 51


Ouverture :  Sans interruption 7 jours/7 de 10h00 à 18h30 la semaine et jusqu’à 19h00  le week- end, les vacances scolaires et les jours fériés.  Fermeture :  Le 25 décembre et le 1er janvier. Visite libre d’une durée moyenne de 1h30.  Accès : métro ligne D, station «Vieux Lyon », voir site internet pour un plan d’accès, dépose bus à 3 minutes à pied (voir site internet pour un plan d’accès).

Contact réservations : reservation@museeminiatureetcinema.fr 

Site du musée : www.museeminiatureetcinema.fr

Remerciements à la Direction du Musée Miniature et Cinéma, à Valérie Chaix : Evénements – Presse et Communication

pour leur aimable autorisation.  Toute reproduction même partielle du document est rigoureusement interdite- Copyright  © infoquartiers 2015 All Rights Reserved  © Musée Miniature et Cinéma / Contact : www.infoquartiers.com