Musée de l’École de Nancy

Un des rares musées français dédié à un mouvement artistique : l’Art nouveau nancéien

 

Jardin du musée de l’École de Nancy

© Photo G.Boyer

Le jardin,


Le musée est situé dans l'ancienne propriété du plus important mécène et collectionneur de l'École de Nancy, Eugène Corbin.! Le jardin du musée, inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1988

(ci-dessus) est très agréable avec ses bassins et ses plantations, propose de nombreuses variétésvégétales conçues parles horticulteurs nancéiens contemporains de l'Ecole de Nancy et fait l’objet d’une réhabilitation sous la conduite du paysagiste , Philippe Raguin. Le musée de l'Ecole de Nancy est membre de l'association Lorraine des jardins.

De plus, le jardin abrite trois monuments particulièrement emblématiques de l'Ecole de Nancy et de l'Art nouveau : La porte en chêne (1897) d’Eugène Vallin commandée pour les ateliers Emile Gallé, le monument funéraire (1901) et le pavillon «aquarium» dont porte et fenêtres sont ornées de vitraux Jacques Gruber.

Depuis 1999, le musée poursuit sa politique d’acquisition pour ses collections et dans le cadre du projet de réhabilitation de la Villa Majorelle. Il présente régulièrement des expositions temporaires, dans ses locaux ou hors les murs, consacrées aux principaux artistes de l’École de Nancy et aux techniques de l’Art nouveau.

L’aquarium,


Classé Monuments Historiques, le monument funéraire et la Porte des Ateliers Gallé situés dans le parc du musée, font l’objet d’une restauration à l’occasion de l’Année de l’École de Nancy qui a lieu durant toute l’année 1999.

L’Aquarium

Musée de l’Ecole de Nancy

© cliché : C. Carpentier

Il y a cinquante ans, en juin 1964,

le musée de l’École de Nancy ouvrait ses portes au public

Il y a cinquante ans, le 26 juin 1964 le musée de l’École de Nancy ouvrait ses portes au public. Cette inauguration est l’aboutissement d’un long travail, entamé dès 1900 par l’École de Nancy elle-même, en vue de la création d’un musée d’art décoratif nancéien. En 1894, à l’issue de l’exposition d’art décoratif et moderne lorrain organisée aux Galeries Poirel à Nancy, la Société des Arts Décoratifs Lorrains achète 17 œuvres qui constituent le premier fonds du musée. Ces acquisitions comprennent, quatre verreries et une faïence d’Émile Gallé, deux dessins de Victor Prouvé, deux cuirs de Louis Hestaux et de Camille Martin, deux reliures de Camille Martin et de Victor Prouvé.

La Ville de Nancy acquiert en deux étapes, en 1951 et 1952, la propriété de Monsieur et Madame Corbin, rue du Sergent-Blandan, pour y accueillir le Musée de l’École de Nancy. Une partie de la propriété est dévolue au musée de l’École de Nancy. Une partie des collections du Musée de l’École de Nancy-Donation Corbin est installée dans la maison Corbin.


Après une période de fermeture, le Musée de l’École de Nancy rouvre ses portes. Il est officiellement inauguré le 26 juin 1964. Deux ans plus tard, le premier étage de la maison Corbin est aménagé et la superficie des collections passe de 330 m2 à 770 m2.

Avec l’arrivée de l'Art Nouveau la Lorraine va connaître l'un des plus grands moments de son histoire artistique.


Le musée d’art décoratif de Nancy est créé officiellement en décembre 1900 par une délibération du conseil municipal de la Ville de Nancy. Les premiers fonds votés par le Conseil municipal permettent l’achat de 39 verreries d’Émile Gallé, en 1904.

Lors de l’Exposition Internationale de l’Est de la France, en 1909, la Commission du musée achète 21 pièces auprès des industries d’art régionales (Baccarat, Keller et Guérin).

Un ensemble de meubles permet d’apprécier toute l’élégance de la production de Louis Majorelle, qui réalisa le piano à queue à décor de pommes de pin dont la marqueterie a été dessinée par Victor Prouvé artiste lui aussi bien représenté. Par ailleurs, ce dernier apporta son concours à la réalisation!de l'exceptionnelle!salle à manger Masson. Cet ensemble d’Eugène Vallin est présenté dans sa quasi- totalité. Réalisé en 1904 pour Charles Masson, beau-frère d’Eugène Corbin, il témoigne de la virtuosité de Vallin et démontre la réelle originalité de l’École de Nancy dans sa recherche de l'unité de l'art.

Les dates importantes :


1889, Paris, Exposition universelle. Emile Gallé : Grand prix verrerie, médaille d'or céramique, médaille d'argent mobilier. Participation de Louis Majorelle mobilier. Emile Friant, médaillé d'or peinture. Victor Prouvé, médaillé de bronze peinture.

1893, Paris. Première mention d'une école lorraine d'art décoratif, à propos des reliures modernes composées par Victor Prouvé, Camille Martin et René Wiener.

1894, Nancy, exposition d'art décoratif et industriel aux!galeries Poirel. Première exposition de la future Ecole de Nancy.

Plus de 70 exposants lorrains.

1900, ParisExpositionuniverselle.Une

cinquantaine d'artistes lorrains récompensés

1901, Nancy. Création officielle de l'Ecole de Nancy (Alliance Provinciale des Industries d'Art). Emile Gallé en est le premier président.

1903, Paris, Pavillon de Marsan. L'Ecole de Nancy expose ses oeuvres, invitée par l'Union Centrale des Arts Décoratifs.

1904, Nancy. Décès d'Emile Gallé. Ouverture de l'exposition de l'Ecole de Nancy aux galeries Poirel.

1909, Nancy, Exposition internationale de l'Est de la France. Dernière grande participation de l'Ecole de Nancy.

Les collections du musée

A l’intérieur de la maison, les meubles, les objets d’art, les verreries, les céramiques, les tissus témoignent de la diversité des techniques travaillées par les artistes de l’École de Nancy. Des pièces uniques et de prestige sont visibles, mais également des objets édités et diffusés à un grand nombre d’exemplaires. Représentatifs de “l’Art pour tous”, il s’agit de petits meubles marquetés, de verres gravés à l’acide ou encore de céramiques de série.
Le musée ne présente pas une stricte reconstitution de l’époque 1900 mais, par la mise en situation d’œuvres, il essaie de restituer l’atmosphère de cette période. Le musée offre également un aperçu du mouvement Art nouveau français avec des œuvres de Guimard, Chaplet, Selmersheim, Carabin. 
Une part importante est réservée à Émile Gallé dont le musée conserve une collection de verreries riche de plus de 400 pièces, mais aussi des oeuvres de céramique, quelques uns des plus beaux meubles de Gallé, dont la commode “Les parfums d’autrefois”, la table “Le Rhin" et le lit “Aube et Crépuscule”. 
Un ensemble de meubles permet d’apprécier toute l’élégance de la production deLouis Majorelle, qui réalisa le piano à queue à décor de pommes de pin dont la marqueterie a été dessinée par Victor Prouvé. La salle à manger Masson, 1904 ensemble d’Eugène Vallin présenté dans sa quasi-totalité.

L’ART DANS TOUT, L’ART POUR TOUS


Son dynamisme, son enthousiasme, son ardeur, Nancy les doit à toute une population jeune. Le développement économique considérable de Nancy favorise les artistes lorrains et, en quelques années, la capitale de la Lorraine devient un foyer essentiel de l’art décoratif français. Cet art dit mineur, les artistes lorrains souhaitent le valoriser pour assouplir la frontière rigide qui le sépare avec des arts majeurs (architecture, peinture, sculpture). Ameublement, orfèvrerie, et objets de décoration... désirent placer “ l’Art dans tout ”, tout en revendiquant “ l’Art pour tous ”

A l'approche!du XXe siècle et sous l'impulsion décisive de nombreux artistes, architectes et commanditaires, l'Art nouveau connaît un développement exceptionnel et international. Tous les domaines !de création et techniques sont concernés par ce mouvement artistique. A Nancy, l'Art nouveau prend le nom d'Ecole de Nancy, ou Alliance provinciale des industries d'art,grâce  à la figure d'Émile Gallé. Verrerie, mobilier, vitrail, céramique, cuir, ferronnerie, architecture, etc., participent à ce vaste mouvement de rénovation des arts décoratifs qui marque encore aujourd'hui la ville de Nancy.

Façade nord. © Photo Pierre Mignot

e-mail du musée : menancy@mairie-nancy.fr

Site internet du musée : www.ecole-de-nancy.com

En 1984, la Ville de Nancy fait l’acquisition de la chambre à coucher de Louis Majorelle, ensemble unique conçu par l’ébéniste pour sa maison à Nancy. Les années 1980 et 1990 voient la reconnaissance de l’École de Nancy.

Industriel, artiste décorateur et ébéniste. Après avoir suivi les cours de Théodore Devilly et Charles Pêtre à l'école des beaux-arts de Nancy, Louis Majorelle est admis à l'école des beaux-artsdeParis en 1877 dans l'atelier du peintre Aimé Millet. Deux ans plus tard, le décès de son père l'oblige à revenir à Nancy. Il reprend avec son frère Jules l'entreprise familiale de fabrique de mobilier et de faïence. L'histoire de l'entreprise Majorelle débute avec Auguste Majorelle qui ouvre un magasin à Toul en 1858.  En 1860, voulant se rapprocher de sa clientèle, Auguste Majorelle s'installe à Nancy, rue des Dominicains, où il ouvre un commerce de meubles et d'objets d'art.

A la mort d'Auguste Majorelle en 1879, son fils aîné, Louis, prend la succession de l'entreprise aux côtés de sa mère.


Majorelle: Meuble aux Algues,

détail de ferronnerie © clichés : Studio image

Louis Majorelle - Chambre à coucher © musée de l’Ecole de Nancy / cliché : D. Boyer

Louis Majorelle,

Toul 1859-Nancy 1926


Industriel, maître verrier, ébéniste et céramiste est  fils unique de Charles Gallé (1818-1902) et de Fanny Reinemer (1828-1891) qui tiennent à Nancy un commerce de cristaux et de porcelaine. Après une période d’apprentissage dans différentes villes d’Europe : Weimar et Meisenthal entre autres, Emile Gallé est associé à l'entreprise de négoce et de décoration de faïence et de verrerie de son père dès 1867. Il représente son père à l'Exposition universelle de 1867 à Paris où il obtint une mention honorable pour la verrerie et à l'Exposition universelle et internationale de 1872 à Lyon avec une médaille d'or. Il épouse en 1875, Henriette Grimm (1848-1914), avec laquelle il aura quatre filles.

Emile Gallé : Salle des Parfums d’Autrefois

© cliché : A. Carpentier, musée de l’Ecole de Nancy

Emile Gallé

Nancy 1846 - 1904

Console de salon avec glace d’entre fenêtres 1894 

“Les parfums d’autrefois”  Nancy © MEN

cliché : C. Philippot.

Emile Gallé a des émules parmi les artistes

et les jeunes industriels de Nancy comme

le mobilier des ébénistes Louis Majorelle

et Eugène Vallin qui témoigne du renouvellement des formes et du décor.

Emile Gallé : Calice le Figuier

MEN © Clichés : C. Philippot

Ci-dessus : Emile Gallé : Service Chardons et Croix de Lorraine © Musée de l'Ecole de Nancy

A droite : Emile Gallé : Au plafond de la salle

des Parfums d’autrefois, un lustre  “Oignon”,

signé Gallé,   MEN © Cliché : C. Philippot

L’emblématique  Emile Gallé

E.Valin, Bureau Ombelle

Musée de l’École de Nancy

© Photo C. Philippot

Eugène Valin, salle à manger © Cliché A Carpentier

Herbévillers 1856 - Nancy 1922. Formé dans l'atelier de son oncle entrepreneur de menuiserie, Eugène Vallin apprend la sculpture sur bois et le modelage auprès de Charles Pètre à l'Ecole municipale de dessin. Il prend la succession de son oncle en avril 1881. Devenu créateur de mobilier, il travaille uniquement sur commande.  C'est d'ailleurs ce refus d'industrialiser sa production qui le différencie des ébénistes Gallé ou Majorelle par exemple. Il réalise des salles à manger, salons, bureaux pour les plus grands mécènes de Nancy, Corbin Masson, Bergeret Kronberg, etc... Après une production de mobilier religieux d'inspiration gothique,  l'artiste fait évoluer son art en se servant de sa double expérience de constructeur et de sculpteur-ébéniste.

En collaboration avec Georges Biet, Eugène Vallin réalise quelques bâtiments d'inspiration moderne, notamment sa propre maison boulevard Lobau qui est la première manifestation de l'Art Nouveau dans l'architecture à Nancy en 1895, ainsi que la villa de Georges Biet 22, rue de la Commanderie. Il réalise, en 1896, la porte des ateliers d'ébénisterie de Gallé conservée aujourd'hui dans le jardin du Musée de l'Ecole de Nancy.

Eugène Vallin,

                       

                        Ebéniste, architecte

Victor Prouvé avec Jean sur ses épaules, Album Poiré, © musée de l'Ecole de Nancy.


Victor

Prouvé



Victor Prouvé, né le 13 août 1858 à Nancy et mort le 15 février 1943 à Sétif (Algérie), est un peintre, sculpteur et graveur français, membre de l'École de Nancy.

Victor Prouvé, portrait de M. et Mme Corbin, 1906.  

Don de Jean-baptiste Eugène Corbin, © MEN.


Peintre et artiste décorateur. Né dans un milieu de dessinateurs en broderie, Victor Prouvé férquente l'Ecole de dessin de Nancy de 1873 à 1877, puis étudie à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris jusqu'en 1882 dans l'atelier de Cabanel. Résidant à Paris jusqu'en 1902, mais sans cesser de participer à la vie artistique nancéienne, il devient le second président de l'Ecole de Nancy à la mort d'Emile Gallé en 1904. D'abord peintre portraitiste et paysagiste, il est aussi sculpteur, graveur, travaille le cuir et le métal, donne des dessins de broderies et de bijoux, et collabore avec de nombreux artistes et industriels de l'Ecole de Nancy. Il dessine plusieurs décors de verreries et de meubles pour Emile Gallé qui sont notamment présentés aux Expositions Universelles de Paris en 1889 (table Le Rhin, cabinet Le Chêne Lorrain, jardinière Flora Marina  flora Exotica), et 1900 (vase Les Hommes noirs).


A droite : Victor Prouvé, le cavalier arabe 1890l HST

Don de la famille Prouvé 1987© MEN.


Des collections multiples et variées, des pièces uniques de prestige : Meubles, objets d’art, verreries, céramiques, et les tissus témoignent de la diversité des techniques travaillées par les artistes de l’École de Nancy. Le musée offre également un aperçu du mouvement Art nouveau français. 

Emile Friant,

(1863- 1932)


Les Canotiers

de la Meurthe, 1888,

Musée de l'Ecole de Nancy.

© Photo : Studio Image.


A gauche : Ernest  Bussière

(1863-11913)  Vase  réceptacle


A droite :  Pierre Mougin

(18880-1955)

et Joseph ( 1876- 1961)

Vase Au gui l’an neuf 1902

© Musée de l'Ecole de Nancy.

Henri Bergé   (1870- 1937)

Portrait de dame, 1897

Musée de l'Ecole de Nancy. HST ©  MEN

Henri Royer  (1869- 1938)

Prière à Saint-Tugen. Musée de l'Ecole de Nancy.

HST ©  MEN, Photo : Claude Philippot

Charles de Meixmooron de Dombasle 

Quatre heures du matin à Dienay ou effet de nuit, don de Jean-Baptiste Eugène Corbin 1935 Musée de l'Ecole de Nancy

©  Photo : Claude Philippot

Charles Wittmann  (1876- 1953

Fête à la Pépinière 1902.

Musée de l'Ecole de Nancy.

HST ©  MEN, Photo : Claude Philippot

Louis Hestaux  (1858-1919 ) HST

Le malaxage des terres ©  Photo : Studio Image.

Jean Daum (1825-1885)

Daum - Vase Chrysanthème  Lemoine © Cliché : musée école de Nancy.

Antonin DAUM
Bitche 1864 - Nancy 1930
Auguste DAUM
Bitche 1853 - Nancy 1909
Industriels et maîtres-verriers 

Jean Daum (1825-1885)


Jean Daum (1825-1885) achète en 1878 à Nancy la verrerie Sainte Catherine. Il y associe ses deux fils, Auguste en 1879 et Antonin en 1887. Après des études classiques à Bitche, à Metz et à Nancy, Auguste Daum passe sa licence de droit à la faculté de Paris. Il abandonne la carrière notariale pour s'occuper de la gestion de la manufacture de son père. Il devient, en 1904, président du tribunal de commerce de Nancy. En 1909, à sa mort c'est son frère Antonin qui reprend seul l'affaire familiale. Antonin, quant à lui, fait ses études à Lunéville, puis au lycée de Nancy. En 1887, il sort diplômé de l'Ecole Centrale de Paris, date à laquelle il entre dans la verrerie pour s'occuper du renouvellement des formes et des décors des pièces. 

Daum - Vase Chrysanthème -  © Cliché : Musée École de Nancy.


Et la lumière fut…

Qui s’y frotte, s’y pique !

telle est la devise

nancéenne

Avant l’éblouissement de la salle à manger Masson, les appliques “chardon” conçues par Daum et Majorelle pour la Chambre de Commerce et d’Industrie nous rappellent la devise nancéenne “Qui s’y frotte, s’y pique!”

MEN ©  Cliché : C. Philippot


A droite : Daum – Majorelle, lampe Figuier de Barbarie, (exposé dans le salon Pommes de pin), © MEN. Cliché  : C. Philippot

Jacques Gruber


Sundhausen 1870 - Paris 1936, décorateur et peintre-verrier. Originaire d'Alsace, Jacques Gruber s'installe à Nancy comme de nombreux artistes issus des territoires annexés.

Jacques GRUBER : Vitrail de la salle © cliché :Studio Image bp

Il étudie à Nancy puis, à partir de 1889, se forme à Paris, à l'École des Arts Décoratifs et à l'École des Beaux- Arts où il fréquente l'atelier du peintre Gustave Moreau. En 1893, il est de retour à Nancy et entre à la manufacture Daum comme artiste-décorateur, jusqu'en 1897, où il crée des modèles de vases, en particulier les pièces hors série destinées aux expositions, qui témoignent d'une réelle harmonie entre la composition décorative et les techniques mises en oeuvre. A la même époque, il s'intéresse au travail de la pyrogravure sur bois puis sur cuir, avec l'aide de René Wiener notamment. Il fournit à Majorelle plusieurs décors de meubles qui sont présentées à l'exposition d'art décoratif de Nancy en 1894. Parallèlement, il enseigne la composition décorative à l'École des Beaux-Arts de Nancy jusqu'en 1913.

Jacques Gruber, vitrail entrée

Musée de l’École de Nancy © Photo A. Carpentier

A  visiter :

La Villa Majorelle,  une maison d'artiste ouverte au public. Première maison d’Art nouveau à Nancy !

Visite de la Villa Majorelle :  1 rue Louis Majorelle 54000 Nancy 

Téléphone :  03 83 94 28 81 


Visite commentée en groupe (limité à 25 personnes) le samedi et le dimanche à 13h45 et 15h00  Inscription obligatoire au Service des publics des musées par téléphone du lundi au vendredi de 9h à 12h30. Ou par mail : servicedespublics-musees@mairie- nancy.fr


Ouverte au public depuis 1999


La Villa Majorelle témoigne encore tant dans son architecture extérieure que dans sa décoration intérieure de la notion d'unité de l'art prônée par de nombreux artistes de l'époque. En 1898, Louis Majorelle confie à l'architecte Henri Sauvage (1873-1932) l'élaboration des plans de sa maison personnelle à Nancy. La Villa Majorelle -ou Villa Jika, d'après les initiales de l'épouse de Louis Majorelle, Jeanne Kretz- est construite en 1901-1902 et occupe une place toute particulière dans l'histoire de l'architecture nancéienne. Première maison entièrement Art nouveau de Nancy, elle est conçue pour l'un des principaux artistes de l'Ecole de Nancy, Louis Majorelle, et résulte d'une parfaite collaboration entre artistes parisiens et nancéiens de renom.


Travaux et projet,

les travaux continuent ! 

Les artistes...

La Villa Majorelle résulte d'une collaboration exceptionnelle entre artistes parisiens et nancéiens. Le commanditaire, Louis Majorelle est l'un des principaux artistes de l'Ecole de Nancy ; il est l'auteur du mobilier, des boiseries et des ferronneries de sa maison. La conception du projet est confiée à Henri Sauvage, jeune architecte et décorateur parisien dont c'est la première commande importante. Sont associés également à ce chantier le céramiste Alexandre Bigot (1862-1927), le peintre-verrier Jacques Grüber et les peintres Francis Jourdain (1876-1958) et, plus tardivement, Henri Royer (1869-1938). Lucien Weissenburger est chargé de l'exécution du chantier sur place.

Une maison exemplaire de l'Art nouveau

Classée Monument Historique en 1996, la Villa Majorelle connait en 1999, une restauration partielle de l'extérieur qui permet aujourd'hui de mieux appréhender la richesse polychrome des matériaux utilisés par l'architecte. Prochainement, une réhabilitation plus complète du bâtiment restauration et remise en situation de mobilier dans son cadre d'origine- fera de ce lieu Art nouveau une maison unique, témoin du lien très fort qui unissait sans distinction tous les arts.


DEVENEZ MEMBRE DE L’ASSOCIATION

DES AMIS DU MUSEE DE L'ECOLE DE NANCY (AAMEN)


C'est en 1985 que des historiens de l'art, des donateurs et amateurs décidèrent de se grouper pour fonder autour du Musée de l'Ecole de Nancy. Depuis l'Association des Amis du Musée de l'Ecole de Nancy , plus communément appelée AAMEN, rassemble de nombreux amateurs et spécialistes de la période. Elle apporte une aide constante à l'enrichissement des collections du Musée dans tous les domaines. Elle contribue à l'élargissement des connaissances par ses publications et ses conférences.


Association des Amis du Musée de l'Ecole de Nancy  (AAMEN)

Villa Majorelle 1 rue Louis Majorelle 54000 NANCY 

Tél : 03 83 94 28 81 Mail : aamen@wanadoo.fr

S’offrir un moment de plaisir

avec Gallé au musée de l’Ecole de Nancy

Cet ouvrage rassemble une sélection des œuvres maîtresses de l'artiste ainsi que des pièces moins connues ou destinées à un usage personnel ou plus confidentiel (objets en cuir, textiles, etc.). Les fonds photographiques et documentaires - souvent inédits permettent d'évoquer le cadre familial et intellectuel de Gallé, ainsi que son entourage professionnel (usine d'art, collaborateurs, méthode de travail, etc.). Il témoigne aussi de la générosité des descendants de l'artiste envers les collections du musée depuis les années 1950 jusqu'à nos jours. Sous la direction de V. Thomas. Editions Snoeck. 226 pages, 200 illustrations couleurs.


Un point de vente à l’accueil du musée propose des ouvrages, revues et guides, des catalogues d’expositions temporaires, des cartes postales et des affiches d'oeuvres École de Nancy. La boutique est ouverte en même temps que le musée de 10h à 18h, du mercredi au dimanche.

Infos pratiques pour vous rendre au musée

Musée de l’École de Nancy 36-38 rue du Sergent Blandan 54000 Nancy

Téléphone : 03 83 40 14 86

A moins de 300m : Parking gratuit 140 places. Stationnement possible pour les bus

Ouverture du mercredi au dimanche de 10h00 - 18h00

Fermeture : Lundi et mardi toute la journée

1er janvier, 1er mai, 14 juillet, 1 er novembre et 25 décembre

Remerciements à la direction du Musée de l’Ecole de Nancy pour son aimable autorisation et à Véronique Baudouin Chargée de Communication Musée de l'Ecole de Nancy - Villa Majorelle. Toute reproduction même partielle du document est rigoureusement interdite - Copyright All Rights Réserved © 2015 musée de l’Ecole de Nancy /

© Infoquartiers.com

Victor Prouvé et l'art de l'estampe

Exposition : du 30 mars au17 juillet 2016
musée de l'Ecole de Nancy

Artiste touche à tout, «homme aux 100 métiers», Victor Prouvé s'intéresse à de nombreuses techniques artistiques, de la peinture à la sculpture, en passant par le travail du cuir ou le décor de verreries. Dessinateur prolixe, il se tourne naturellement vers l'estampe, qu'il pratique dès le début de sa carrière et jusqu'à la fin de sa vie.

Le don de ses outils et plaques de gravure par ses descendants, par l'intermédiaire de l'Association des Amis du musée de l'Ecole de Nancy, offre l'occasion de mettre en avant cette activité intense et variée, en présentant une trentaine d'œuvres sorties des collections des musées de la Ville de Nancy. Paysages, portraits et scènes de genre, exécutés entre 1883 et 1931, illustrent les différentes techniques explorées par Prouvé (pointe sèche, eau-forte, aquatinte, manière noire, vernis mou, gravure sur bois, lithographie...), et invitent à poser un nouveau regard sur son œuvre, entre intimité et lyrisme.

Visites guidées et animations pour petits

et grands, et en particulier des initiations

à la pratique de la  gravure, accompagnent

l'exposition.

A découvrir sur www.ecole-de-nancy.com


Commissariat de l'exposition :

Blandine Otter, responsable de la documentation

du musée de l'Ecole de Nancy

Crédit photos :

L. Poiré, Victor Prouvé découvrant l’épreuve, 1911/ V. Prouvé, portrait de Marie, vernis mou, 1924 / Outils de gravure de V. Prouvé. © MEN.– D. Boyer

Outils de gravure

Portrait de Marie

L. Poiré, Victor Prouvé découvrant l’épreuve