Le Musée Carnavalet …

ou l’histoire de Paris en héritage

 

Salle des droits de l'homme

L’atelier de restauration depuis 1979

Tête d’ange au sourire

Vers 1220-1250 Anonyme

Gauche : Sou d’or de Julien II l’Apostat (331/332-363. Empereur romain (360-363) Anonyme. Antioche

entre 360 et 363. Droite : Écu d’or à la chaise de Philippe VI de Valois, anonyme.


Musée Carnavalet – Histoire de Paris


Librairie du musée 23, rue de Sévigné – 75003  Paris Accès aux horaires d’ouverture du musée. Fermeture à 18h00  Tél. : +33 (0)1 42 78 29 09


Des idées pour vous offrir des moments de plaisir

MUSÉE CARNAVALET


Histoire de Paris. Hors-série.  Connaissance des Arts, février 2007, Edition française et anglaise

LE MOBILIER

DU MUSÉE CARNAVALET


Anne Forray-Carlier. Dijon, Editions Faton,

MARQUET


Vues de Paris et d'Ile de France, broché - 144 pages, 122 illustrations couleurs

PARIS LIBÉRÉ,

PARIS PHOTOGRAPHIÉ, PARIS EXPOSÉ


Ouvrage collectif sous la direction de Catherine Tambrun

La crypte du parvis /  Crédits photographiques: © DAC

St -Eustache © Les Catacombes - Photo : Christophe Fouin

Salon d'Uzès © Karen Knorr

ENTRÉE DES VISITEURS

Hôtel Carnavalet
16, rue des Francs-Bourgeois

75003 Paris
Standard : 01 44 59 58 58

Hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau
29, rue de Sévigné 75003 Paris
Standard : 01 44 59 58 58

Savez-vous que le Musée

Carnavalet - Histoire de Paris...


Est le grand musée historique de la Ville de Paris. Ses collections comprennent plus de 600 000 oeuvres, en font un des principaux musées français. Tableaux, estampes, photographies, dessins, médailles, monnaies, mobilier; boiseries, objets d’art et d’histoire sont présentés dans un cadre historiquement exceptionnel. Au coeur du Marais, il est situé dans une des zones les plus fréquentées de la rive droite de paris. Le musée Carnavalet administre également deux sites conjoints : la Crypte archéologique du parvis de notre-Dame, sur l’Ile de la Cité, et les Catacombes de Paris, place Denfert-Rochereau sur la rive gauche.

LES JOURS D’OUVERTURE, LES HORAIRES
Ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf les lundis, jours fériés (1er janvier, 1er et 8 mai, dimanche de Pâques, jeudi de l’Ascension, dimanche de Pentecôte, 14 juillet, 15 août, 1er et 11 novembre et 25 décembre). Dernière entrée à 17h30. Fermeture des caisses à 17h00.

EN RAISON DE TRAVAUX DE SÉCURITÉ 
Les salles suivantes sont fermées : salles de la Renaissance, salles du XVIIe siècle, salles des échevins, galerie Sévigné, salons Louis XV, Louis XVI et les salles de la Révolution française.

Visites guidées de l’exposition : 
Les mardis et samedis à 16 h.
sans réservation (voir conditions au musée)

TRANSPORTS :

Métro : Saint-Paul (ligne 1) ou Chemin vert (ligne 8)  Bus : 29, 69, 76, 96

INFOS PRATIQUES

Les caisses ferment à 17h00. Les vestiaires sont gratuits, pour les visiteurs individuels et pour les groupes, pour déposer manteaux, grands parapluies, sacs à dos, etc. à l'exception des objets de valeur tels qu'appareils photos, argent, documents d'identité, manteaux de fourrure... En raison du plan vigipirate renforcé en vigueur dans les lieux publics, le musée ne peut accepter de bagages.

 

Ateliers pour enfants :

Tous les 1ers samedis du mois à 10h30

(voir conditions au musée)

Offrez de la culture à votre famille et vos proches grâce à la carte Paris Musées ! Offrez les expositions en toute liberté ! Valable durant un an cette carte vous permet, en plus d’un accès illimité et coupe-file, de bénéficier de tarifs privilégiés sur les activités des musées, dans les librairies boutiques et les cafés restaurants.  Sauf Crypte archéologique du parvis de Notre-Dame et Catacombes de Paris.

La carte (individuelle, duo, jeune). Paris musées vous permet d’accéder à l’ensemble des expositions présentées dans les musées de la Ville de Paris.   Accès illimité et coupe-file durant un an.

Escalier d'honneur

de l'hotel le Peletier de Saint-Fargeau


© DAC - Antoine Dumont

Le salon d'angle

© DAC - Antoine Dumont

Photo © DAC - Antoine Dumont

Un peu d’histoire...

Le musée de l'histoire de Paris se situe au cœur du Marais, l'un des rares quartiers où le patrimoine architectural a été épargné par les grandes percées haussmanniennes. Il nous offre, aujourd'hui encore, de nombreux témoignages de son passé historique très riche : hôtels particuliers (avec parfois leurs décors), jardins, édifices religieux, etc. Pour cette raison le Marais est aujourd'hui secteur sauvegardé depuis 1965.

 

Cour de la Victoire

© DAC - Antoine Dumont

© François Grunberg / Musée Carnavalet  / Mairie de Paris

Musée Carnavalet, un hôtel renaissance au coeur du MaraisMusee_Montmartre.html

Savez-vous que...

L'hôtel est annexé par le musée Carnavalet


En 1968, la bibliothèque déménagea de nouveau pour aller s’installer à l’hôtel Lamoignon, rue Pavée, ceci en vue d’une extension devenue indispensable du musée ; il fallut pourtant attendre 1984 pour que le projet prenne corps et 1989, après cinq ans de travaux, pour que l’hôtel Le Peletier ouvre enfin ses portes au public.

Les origines du Marais


Le roi Philippe-Auguste (1180-1223) entoura la rive droite de Paris d'une enceinte qui englobait plusieurs quartiers dont les Halles, la Grève et Saint-Gervais. La partie nord-est hors enceinte était alors occupée par d'immenses terres en marais, propriétés de grandes abbayes. Celles-ci les asséchèrent et les mirent en culture. Elles furent par la suite transformées en jardins. Ces terres maraîchères sont à l'origine du nom du quartier : le Marais.


Le quartier royal


Au XIVe siècle, une nouvelle enceinte fut élevée par Charles V (1364-1380), suivant le tracé des actuels boulevards Beaumarchais, des Filles du Calvaire et du Temple, donnant ainsi les limites du futur quartier. Le roi quitta alors le palais de la Cité et s'installa à l'Hôtel Saint-Pol avec sa cour : le Marais devint ainsi quartier royal.

 

L'âge d'or


Le Marais connut aux XVIIe et XVIIIe siècles ses heures de gloire. Le roi Henri IV (1589-1610) fut à l'origine de deux importants projets d'urbanisme : la place de France, qui ne fut jamais réalisée, et la place Royale, actuelle place des Vosges.
Dans le même temps, tout le Marais se couvrait d'hôtels rivalisant par la beauté de leur architecture et par la richesse de leur décor intérieur.



De la décadence à la sauvegarde


L'engouement pour le Marais s'acheva à la la fin du règne de Louis XIV (1643-1715), on cessa de construire et l'aristocratie dans sa grande majorité abandonna les lieux. Alors que le roi résidait aux Tuileries, la Cour se déplaça vers l'ouest, d'abord au faubourg Saint-Germain puis au faubourg Saint-Honoré.

L’orangerie

L’orangerie, où étaient présentées, depuis les années 1920, les collections lapidaires de la Ville de Paris, a été entièrement réaménagée en 2000. On y présente une sélection du riche fonds archéologique municipal qui s’est récemment enrichi des trouvailles du site de Bercy (fouillé en1991-1992) et notamment de plusieurs pirogues vieilles de plus de 6500 ans.


Le musée Carnavalet, consacré à l’histoire de Paris et de ses habitants, conserve des collections qui illustrent l’évolution de la ville de la Préhistoire à nos jours. Il présente dans une centaine de salles un vaste choix d’oeuvres d’art, souvenirs et maquettes montrant l’aspect de la capitale à diverses époques et évoquant sa vie quotidienne et intellectuelle. Les magnifiques décors historiques reconstitués composent un cadre évocateur pour une promenade au fil des siècles, source d’enrichissement et de plaisir. 

Le Musée Carnavalet ou l’histoire de Paris en héritage

Et trois sites...

Le Musée Carnavalet comprend également la Crypte Archéologique du Parvis Notre-Dame, musée de site qui présente l’évolution de la ville de l’Antiquité à nos jours, et les Catacombes de Paris, où, à 20m sous le sol, le visiteur découvre les carrières de pierre , qui ont permis de construire l’habitat des Parisiens depuis l’époque gallo-romaine, et l'ossuaire, conçu au début du XIXe siècle, pour accueillir les ossements de 7 à 8 millions de Parisiens.


Crypte de Paris : www.crypte.paris.fr

Les catacombes : www.catacombes.paris.fr



Pour tous renseignements concernant les musées de la Ville de Paris, rendez vous sur la page

de notre site «musées Ville Paris».

En 1989, l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau fut rattaché au musée. Ses salles accueillent les collections de la Révolution à nos jours. Attenante au bâtiment, l’orangerie présente depuis 2000 les collections archéologiques, qui s’étendent du Néolithique à la fin de l’Antiquité.


L’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau, situé au 29, rue de Sévigné, fut construit en 1688, sur les plans de Pierre Bullet (1639-1716), architecte du Roi et de la Ville, pour le compte de Michel Le Peletier de Souzy (1640-1725). Ce dernier, conseiller d’État et Intendant des finances, était le frère cadet de Claude Le Peletier de Morfontaine, qui fut prévôt des marchands (1668-1676) et devint contrôleur général des finances à la mort de Jean-Baptiste Colbert (1683).

La transformation en musée

Resté demeure privée jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, l’hôtel fut occupé, durant la première moitié du XIXe siècle par diverses institutions d’enseignement, comme l’école des Ponts et Chaussées (1814-1829) ou l’institut Verdot. En 1866, il fut racheté par la Ville de Paris afin d’être transformé en musée consacré à l’histoire de la capitale. C’est Victor Parmentier, jeune architecte dont c’est la seule réalisation connue, qui fut chargé par le baron Haussmann des travaux de restauration et d’aménagement.

Les agrandissements de l’hôtel Carnavalet. La présence de cette bibliothèque, non prévue à l’origine,

imposa de construire des ailes autour du jardin pour y installer les collections du musée.

L'atelier de restauration du musée existe depuis 1979. Les locaux ont été agrandis et aménagés en 1989. Il emploie deux restauratrices et un monteur à temps complet.

Il a pour fonction de préserver et de mettre en valeur les collections du Cabinet des Arts Graphiques du musée :
15 000 dessins classés par auteurs
20 000 estampes classées par auteurs
400 000 documents classés par thèmes
5000 affiches

L'atelier de restauration a mis en place depuis de nombreuses années une politique de conservation des dessins et des estampes classés par ordre alphabétique d'auteur. A ce travail systématique s'ajoutent les cas d'urgence provenant du fonds thématique : documents en mauvais état ou nécessitant un montage, et ne pouvant être consultés tels quels par les chercheurs.

Les œuvres partant en exposition, soit au musée Carnavalet, soit à l'extérieur, sont restaurées et montées en passe-partout avant d'être encadrées.

EXEMPLES DE TRAVAUX EXÉCUTÉS

Anonyme,

Le Buste de Marat jeté aux égouts, 1795, lavis d’encre, inv. D 3095

A gauche : lavis avant restauration. A droite : lavis après restauration. Elimination des taches de «scotch»

© Atelier de restauration – M. Navarre

Hubert Robert,

La Serre des ficoïdes du Jardin des Plantes, 1785, sanguine,

inv. D 5342

A gauche : sanguine avant restauration. A droite : sanguine après restauration. © Atelier de restauration – H. Pradel

Les collections du musée

DÉPARTEMENT DES PEINTURES


La collection de peintures de Carnavalet est constituée de plus de 2600 œuvres reflétant l’exceptionnelle activité des peintres dans la ville depuis le XVIe siècle, qu’ils soient français ou étrangers. Le musée présente de nombreuses vues de la capitale, qui témoignent de son évolution architecturale (Raguenet, Hubert Robert, Corot, Canella, etc.) de la vie quotidienne (Jeaurat, Jean Béraud) et de son histoire (riche section consacrée à la Révolution française), sans oublier de nombreux portraits de personnalités parisiennes (Madame de Sévigné par Lefebvre, Madame Récamier par le baron Gérard ou Franz Liszt par Lehmann).

Hippolyte Lecomte


Musée Carnavalet - Histoire de Paris 1848.  Huile sur toile.

Les polytechniciens portant le crucifix sauvé

de la chapelle des Tuileries,lors des émeutes du 24 février.

DÉPARTEMENT DES SCULPTURES


Le musée Carnavalet, a succédé en 1866 dans la collecte d’objets archéologiques et de sculptures à des institutions plus anciennes : les musées du Louvre et des monuments français qui remontent aux années 1790 et le musée de Cluny. Ceci explique la teneur de ses collections de sculptures, beaucoup plus riches en œuvres du XIXe siècle que des époques antérieures. Le XVIIIe siècle et la période révolutionnaire sont cependant représentés par un très bel ensemble de terres cuites et plâtres dus à Chinard, Augustin Dupré Dardel… réunis dans les années qui précèdent le premier centenaire de la Révolution.

Jean-Baptiste Pigalle (1714-1785)

Musée Carnavalet - Histoire de Paris XVIIIe siècle

Louis XV, réduction de la statue équestre

de la place Louis XV

DÉPARTEMENT DU MOBILIER


De nombreuses boiseries présentées dans les salles du musée proviennent d’hôtels parisiens détruits à la fin du XIXe siècle et qui furent recueillis alors par le musée. Après la Grande Guerre, le musée Carnavalet fut l’un des premiers à aménager les salles en period room qui évoquaient, par le décor des boiseries et du mobilier, les intérieurs parisiens raffinés, surtout à travers les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

Adam Weisweiler (1744-1820)

et Jean-Henri Riesener (1734-1806)


DÉPARTEMENT DES OBJETS D'ART


Environ 10 000 objets d’art et d’histoire sont conservés au musée Carnavalet. Ils comprennent un important fonds de céramiques (avec un ensemble unique de faïences populaires d'époque révolutionnaire), des séries de boîtes et tabatières (XVIIIe et XIXe siècles), d'éventails (XVIIIe - XXe siècles), de boutons (XVIIIe siècle), de montres, etc.

Gauche : Musée Carnavalet - Histoire de Paris

Commode époque Louis XVI (1774-1793), vers 1785. Bâti : chêne de Hanau, conifère et acajou ; placage d'acajou moucheté de Cuba ; bronze doré ; marbre blanc de Carrare

Assiette au ballon Nevers XVIIIe siècle

Musée Carnavalet - Histoire de Paris. Vers 1783. Faïence au grand feu, décor polychrome

Chaussure en cuir Manoukian réalisée à l’occasion de la libération de Paris

Musée Carnavalet - Histoire de Paris 1944.

Nécessaire de campagne de l’empereur Napoléon 1er. Martin-Guillaume Biennais (1764 - 1843)

Musée Carnavalet - Histoire de Paris Vers 1805. Coffret en acajou marqueté de laiton ; intérieur compartimenté en acajou sculpté, garniture de maroquin vert ; objet en vermeil, argent, cristal, porcelaine, écaille, ébène, ivoire, acier, cuir, soie

DÉPARTEMENT DES ENSEIGNES


Le musée Carnavalet abrite une collection unique d’enseignes du XVIe au XXe siècle qui offrent une évocation savoureuse de l’atmosphère des rues de la capitale. Les marchands, qui s’adressaient à un public souvent illettré, attiraient l’attention du chaland par le cri mais aussi l’image, ce qui explique la beauté et l’ingéniosité des enseignes où se côtoient griffons, faunes et chats noirs.

 

Enseigne «au boeuf normand» Musée Carnavalet - Histoire de Paris XIXe siècle.

Tôle découpée et peinte sur les deux faces.

Enseigne du «Cabaret le Chat noir» Adolphe Léon Willette. 

Musée Carnavalet - Histoire de Paris. Fin du XIXe siècle. Tôle peinte.


Modèle réduit de guillotine

avec le panier de réception du corps. Alphonse Léon Berger


Musée Carnavalet - Histoire de Paris1876. Bois teinté, fonte. La guillotine tire son nom de Joseph-Ignace Guillotin, médecin et député du tiers-état. Guillotin n’est pourtant pas l’inventeur de cette machine imaginée par le docteur Louis en 1791 et dont le principe existait depuis le moyen-âge, en France et à l’étranger.

DÉPARTEMENT DES MAQUETTES

ET MODÈLES D'ARCHITECTURE


Cette collection, unique en son genre, est composée de plus d'une centaine d'œuvres (dont une trentaine présentée dans les salles), pour certaines très anciennes, comme le modèle du quartier du Temple au XVIIIe siècle. On peut y découvrir aussi des monuments oubliés ou disparus du Paris de l'Ancien Régime et du XIXe siècle, de même que certains quartiers avant leur disparition prévue par les plans d'urbanisme mis en œuvre à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

DÉPARTEMENT

DES PHOTOGRAPHIES


Le département compte actuellement près 150 000 œuvres du début de la photographie jusqu’à nos jours. Présente dès la création du musée, cette collection n’a cessé de se développer avec le temps. Avec la création en 1980 d’un département spécifique à la photographie, une nouvelle envergure est donnée aux acquisitions.

Rue Gustave Eiffel à Levallois-Perret.  Eustachy Kossakowski

(Varsovie, 1925 - Paris, 2001)

Musée Carnavalet – Histoire de Paris

DÉPARTEMENT D'ARCHÉOLOGIE


Les collections archéologiques du musée Carnavalet comptent environ 40 000 objets qui illustrent les origines de Paris, de la Préhistoire au Moyen Âge. Elles proviennent surtout des fouilles entreprises depuis le XIXe siècle et comprennent, sculptures, éléments d’architecture, stèles funéraires, céramiques, verreries, bronzes, bijoux, monnaies, etc.

Gauche : Bouteille à dépression

en verre à panse tronconique, verre soufflé.

Droite : Statuette féminine, terre cuite.

Musée Carnavalet – Histoire de Paris

DÉPARTEMENT

DU MOYEN ÂGE

 

Les collections médiévales du musée Carnavalet ne sont pas présentées au public pour l’instant. Elles se préparent en attendant les travaux qui permettront leur exposition permanente. Cette page vous propose de découvrir en avant-première quelques œuvres choisies de la collection.

Tête de vierge des fouilles des Innocents verre soufflé. Anonyme.

Vers 1330. Musée Carnavalet – Histoire de Paris

DÉPARTEMENT

DE NUMISMATIQUE


Le cabinet de numismatique du musée Carnavalet conserve environ 50 000 pièces d’une extrême variété illustrant l’histoire de Paris et l’histoire de France : monnaies (de l’Antiquité aux frappes contemporaines), médailles  comme celle gravée par Jean Warin pour commémorer la construction de l’église du Val de Grâce  jetons (des administrations, des communautés, des particuliers).

CABINET

DES ARTS GRAPHIQUES


Le Cabinet des arts graphiques est constitué de quatre fonds : dessins, estampes, photographies et affiches. L’ensemble forme une collection d’environ 475 000 œuvres classées selon quatre thèmes : histoire, topographie, mœurs et portraits.

Projet du cimetière du Père Lachaise 

Projet du cimetière du Père Lachaise  Alexandre-Théodore Brongniart,  Aquarelle et encre noire sur papier cartonné crème (non datée). Musée


Carnavalet – Histoire de Paris

Quelques dernières acquisitions du musée

Commode Restauration, anonyme 1820.

Secrétaire à abattant Restauration.

Croquis d’étudesSarah Bernhard et les interprètes de la  «Théodora» de Victotiren Sardou (1884).


Un musée, deux hôtels

L’idée d’un musée consacré à l’histoire de Paris s’imposa sous le Second Empire, alors qu’une grande partie du cœur historique de la capitale disparaissait sous la pioche des démolisseurs. En 1866, à l’instigation du baron Haussmann, la municipalité se porta acquéreur de l’hôtel Carnavalet pour y abriter la nouvelle institution. L’édifice, bâti en 1548 et remanié au XVIIe siècle par François Mansart, avait été habité, de 1677 à 1696, par Madame de Sévigné.
Le musée ouvrit ses portes en 1880. Agrandi à plusieurs reprises, il occupe également, depuis 1989, l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau, édifice voisin bâti en 1688 par Pierre Bullet. Son orangerie, l’une des deux dernières subsistant dans le Marais, restaurée en 2000, abrite les collections préhistoriques et gallo-romaines.


Première salle des enseignes © DAC - Antoine Dumont

Le 4 octobre 2016, le musée a fermé ses portes pour engager un grand chantier de rénovation. Sa réouverture est prévue début 2020.

Le 4 octobre 2016, le musée a fermé ses portes pour engager un grand chantier de rénovation. Sa réouverture est prévue début 2020.

LA RÉNOVATION

DU MUSÉE

CARNAVALET

HISTOIRE DE PARIS

© François Grunberg / Musée Carnavalet  / Mairie de Paris

Le musé Carnavalet-Histoire de Paris compte pas moins de  600 000 œuvres


Le musée Carnavalet est le grand musée historique de la Ville de Paris. Ses collections, en font l’un des principaux musées français. Boiseries et décors, tableaux, dessins et estampes, affiches, photographies, monnaies et médailles, sculptures, pièces de mobilier, objets d’art et d’histoire... sont présentés dans un cadre historique exceptionnel. Le visiteur voyage à travers Paris de la Préhistoire à nos jours.


Installé dans les hôtels Carnavalet

et Le Peletier de Saint-Fargeau, au cœur du Marais, avec ses 500 000 visiteurs chaque année !


l'un des quartiers où le patrimoine architectural préhaussmanien a été le mieux préservé, le musée de l’histoire de Paris est situé dans l’une des zones touristiques les plus fréquentées de la capitale.

Sarénovationpermettra d’augmenter sa capacité d’accueil. Sur le plan patrimonial, le site présente un intérêt majeur qui a justifié sa protection au titre des Monuments Historiques (depuis 1846) et du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais (depuis 1965).

Anne hidalgo, maire de paris

« Le musée Carnavalet met en lumière le passé de Paris et dévoile son identité diverse. Sa restauration constitue un projet prioritaire pour la Ville de Paris, à l’heure où Londres, Amsterdam ou New York possèdent déjà des musées d’Histoire dignes de leur importance. Notre ambition est double : faire de Carnavalet, d’ici à 2020, un lieu de visite récurrente pour les Parisiens, et une étape incontournable pour les visiteurs français et étrangers se rendant à Paris. »

La rénovation du musée Carnavalet,

un projet prioritaire pour la Ville de Paris

© Musée Carnavalet  / Mairie de Paris

Quelles sont les ambitions de ce projet

de rénovation ?


Il s’agit d’un projet d’excellence, à la fois exigeant et accessible à tous, au service des Parisiens et de tous les amoureux de Paris. À mon arrivée, j‘ai été frappée - et très vite aussi gagnée - par l’attachement profond, d’ordre amoureux et sentimental, des visiteurs, au charme du musée. Sans doute parce que ce musée foisonnant est d’abord et avant tout authentique, de par son insertion dans deux hôtels particuliers historiques du Marais. La compréhension de leur contexte historique sera possible à travers diverses plateformes comme des salles de consultations d’œuvres, de documents ou d’archives, des ateliers pour enfants et adultes, un espace d’expositions- dossiers, un espace civique, des expositions temporaires virtuelles ou physiques.

Comment sera le nouveau parcours

des collections ?


Le nouveau parcours muséographique en cours d’étude est un projet collectif. Des historiens, des géographes, des économistes, des experts et amateurs, des visiteurs, des blogueurs, des collègues en France et à l’étranger sont aussi consultés comme référents.

Chacun des deux hôtels historiques constitue un objet muséal. Comme 10% environ de l’extraordinaire richesse et variété des collections peut être exposée, des stratégies de choix sont mises en place. Un recentrage sur l’archéologie, l’histoire et la mémoire, par exemple politique, artistique, visuelle, littéraire, religieuse, populaire de Paris et des Parisiens est opéré. Nous nous attachons également à rendre cette diversité compréhensible par des publics variés : des jeunes, des adultes, des parisiens, des touristes. Paris est la première destination touristique mondiale.

LES AMBITIONS  DU PROJET

DE RÉNOVATION


Entretien avec Valérie Guillaume Conservatrice générale du patrimoine et directrice du musée Carnavalet- Histoire de Paris, de la Crypte archéologique de l’île de la Cité et des Catacombes (extraits)

Quelle modernisation apportez-vous

au musée Carnavalet ?


En cinq années, entre 2014 et 2019, nous aurons effectué un gigantesque travail (de préservation, identification, numérisation...) sur les 610 000 œuvres de la collection ; nous aurons noué de multiples partenariats avec des universités, des centres de recherche, des artistes, des classes et des associations. A la réouverture du musée, les espaces et les œuvres seront désormais compréhensibles dans leur contexte, par des explications détaillées et des supports numériques. Les collections révolutionnaires, uniques au monde, seront par exemple un point d’appui pour des débats d’idées et de points de vue. Les collections du musée seront ainsi accessibles à tous, en premier lieu dans les salles du parcours dont l’accrochage sera régulièrement renouvelé, et en second lieu dans un centre de ressources incluant un espace documentaire, un espace de consultation de plus de 450 000 œuvres graphiques, des ateliers, un espace de conférences et de rencontres, un espace civique. Riches de collections-joyaux, le musée Carnavalet-Histoire de Paris veut proposer des ambiances, des rêves, des expériences, des prises de conscience et des ouvertures sur des interrogations contemporaines.

RESTAURER ET RÉHABILITER DEUX HÔTELS PARTICULIERS PARMI

LES PLUS BEAUX DU MARAIS


L’hôtel Carnavalet, acquis par la Ville de Paris en 1866, est l’un des rares témoins de l’architecture Renaissance à Paris avec la cour carrée du Louvre. Il s’agit d’un des plus anciens hôtels du Marais, construit de 1548 à 1560 pour Jacques des Ligneris, président au parlement de Paris. A partir de 1655, l’hôtel est complété par le célèbre architecte François Mansart qui surélève l’entrée sur rue. Au fil des siècles, les agrandissements successifs de l’édifice ont permis d’accueillir les vastes collections du musée Carnavalet.

L’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau, situé au 29, rue de Sévigné, est construit en 1688, sur les plans de Pierre Bullet (1639-1716), architecte du Roi et de la Ville, pour le compte de Michel Le Peletier de Souzy (1640-1725).

La rénovation du musée consistera en une restructuration lourde d’une partie du musée. Certaines couvertures en très mauvais état, ainsi que les menuiseries extérieures, seront également rénovées.

La cour d’honneur de l’hôtel Carnavalet a déjà fait l’objet d’une rénovation et a été inaugurée

en septembre 2015

QUELQUES-UNS DES AXES

DE RÉFLEXION DU NOUVEAU PARCOURS


Initier à l’histoire de la Ville de Paris

et à l’histoire du musée


L’exemple d’une acquisition récente : Giovanni-Maria Tamburini, plan de Paris, huile sur toile de grand format (152 x 203 cm) daté de 1632-1641. Le legs d’une généreuse donatrice du musée a permis de faire l’achat de cette toile en 2015 en prévision de la rénovation


Mettre en valeur

des collections uniques


d’objets d’art et d’histoire, d’arts graphiques, de numismatique, de maquettes d’architecture ; travailler à la complémentarité des œuvres entre elles. Expérimenter quelques dispositifs interactifs qui restituent, par l’expérience, le fort pouvoir expressif d’épisodes historiques majeurs, par exemple la fête de la fédération peinte par Charles Thévenin.

Valoriser les collections archéologiques


avec la création de nouvelles salles d’exposition en sous-sol consacrées à l’histoire de Paris, de l’Antiquité au Moyen Âge


Rétablir la cohérence chronologique des period rooms


(restitution ou une reconstitution d’un décor intérieur illustrant une période donnée), et intégrer le fruit des recherches les plus récentes en histoire de l’art, par exemple pour les espaces de Claude Nicolas Ledoux et la Chambre de Marcel Proust


© Musée Carnavalet  / Mairie de Paris

© Musée Carnavalet  / Mairie de Paris

La Fête de la fédération, qui commémore le premier anniversaire de la prise de la Bastille le 14 juillet 1790 au Champ-de-Mars peinte par Charles Thévenin rassemble trois cent mille représentants de 83 départements venus de toute la France. Près de mille chanteurs, un grand orchestre et un canon ont exécuté un nouveau Te Deum de Gossec (1734-1829). Le défi que le compositeur relève alors est de convoquer 300 musiciens jouant des instruments à vent, notamment des trombones et des serpents. Un dispositif de spatialisation du son combinant l’intégration multi sensorielle et la dimension émotionnelle permettra de saisir les dynamiques à l’œuvre au cours de ce concert exceptionnel réunissant une foule immense en plein air.

Restituer les témoignages

de la mémoire de Paris


au fil des siècles. Ouvrir aux périodes contemporaines des XXe et XXIe siècles. Le parcours entrelace des thématiques très variées à l’exemple des mutations urbaines et sociales du début du XXe siècle ou encore de la mondialisation du mythe et de l’image de Paris. Enfin, pour l’histoire du temps présent, (depuis 1977, date de la réforme du statut de Paris), une salle donnera parole à de nombreux acteurs qui révéleront la force des expressions, des valeurs, des représentations, des conflits, des influences, des mots, des fluctuations, des convictions à l’œuvre sur le territoire parisien et grand parisien.

RENDRE LES COLLECTIONS

ACCESSIBLES À TOUS LES VISITEURS


Le parcours des salles combine et alterne les périodes historiques, les aires géographiques et les thématiques (biographies, sujets transdisciplinaires et transchronologiques...). Il sera complété par un ensemble d’œuvres accrochées à la hauteur des enfants, dans la veine d’une découverte par l’expérience.


Par un parcours à hauteur d’enfant

Tout au long du parcours des collections, 10% des œuvres et dispositifs de médiation seront placés à hauteur d’enfant. Les enfants écriront également des cartels. En lien avec les œuvres, et afin d’en accompagner la découverte par les enfants, des dispositifs de médiation (textes illustrés, manipulations, jeux) seront élaborés.

Par un accueil attentif et convivialPermettre l’accessibilité du musée à tous et notamment aux personnes handicapées


L’accessibilité est l’un des objectifs principaux du projet de rénovation. L’objectif est d’offrir un confort maximal de services attendus en privilégiant la qualité d’usages et l’accessibilité. Le design des espaces d’accueil sera particulièrement soigné. Caisses, vestiaires, toilettes seront conçus pour accueillir une fréquentation en forte hausse.


Créer un salon de thé dans le musée

Pour le confort des visiteurs, un salon de thé donnant sur les jardins sera aménagé.


Une boutique - librairie de référence

sur l’histoire de la Capitale continuera d’accueillir ses visiteurs. Fabriquer des outils numériques au service de cet accueil, avant, pendant et après la visite

UNE RICHE PROGRAMMATION

D’EXPOSITIONS HORS LES MURS


La fermeture du musée Carnavalet est l’occasion de faire rayonner les collections en France et à l’étranger. Plusieurs projets d’exposition à l’international sont déjà en cours.

L’exposition Napoléon et Paris présentée au Musée canadien de l’Histoire à Gatineau du 16 juin 2016 au 8 janvier 2017 a déjà attiré plus de 150 000 visiteurs.


En 2017, il participera à l’exposition présentée à l’hôtel de Ville de Paris sur les relations entre Paris et le pouvoir central du Moyen-âge à l’élection du premier maire de la capitale en 1977.

Dans le cadre de l’itinérance de l’exposition d’abord présentée au Petit Palais Paris 1900 : the City of Entertainment, le musée Carnavalet prête une centaine d’œuvres et objets emblématiques, dont la célèbre enseigne du cabaret du Chat Noir ou le mobilier du Café de Paris. Cette exposition sera proposée par le Petit palais dans trois musées aux États-Unis d’octobre 2018 à septembre 2019.

© François Grunberg / Musée Carnavalet  / Mairie de Paris

LA PROGRAMMATION DE CARNAVALET PENDANT LA FERMETURE DU MUSÉE

L’AMÉNAGEMENT D’UN ESPACE DE PRÉFIGURATION DANS L’ORANGERIE

DE L’HÔTEL LE PELETIER


Afin d’informer les visiteurs sur la rénovation en cours et de garder un lien avec le public in situ, un espace de préfiguration sera installé d’ici fin 2017. Il sera un lieu d’échange et de rencontre avec les habitants du quartier, les acteurs du projet et les amoureux de l’histoire de Paris. Utilisant une large palette d’outils de médiation (maquettes, interview filmées, reconstitutions virtuelles), il proposera une offre culturelle régulièrement renouvelée et un lieu d’expérimentation des dispositifs du futur musée.


du 25 octobre 2016

au 26 février 2017

Exposition Maie-Antoinette


Le musée Carnavalet participe à l’exposition Marie-Antoinette organisée par le Château de Versailles et Nippon Television à la Mori Art Center Gallery de Tokyo du 25 octobre 2016 au 26 février 2017. Le musée prête exceptionnellement une vingtaine d’œuvres et objets qui ont appartenu à Marie-Antoinette et au Dauphin lors de leur séjour dans la prison du Temple.

L’équipe d’architectes retenue

Associée à Snøhetta et à l’agence Nathalie Crinière Scénographe, l’agence François Chatillon Architecte mènera les travaux de restauration.

L’agence François Chatillon Architecte

Depuis 2005, nommé architecte en chef des Monuments Historiques. François Chatillon est dédiée à la restauration des grandes œuvres du patrimoine architectural (Grand Palais, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Château de Voltaire ...). En parallèle de ces responsabilités, plusieurs bâtiments patrimoniaux de premier plan lui sont confiés (Abbaye de Royaumont, Théâtre de Dole...), ainsi que des bâtiments du XXème siècle.

François Chatillon Architecte

L’agence Snøhetta


Basée à Oslo en Norvège, Snøhetta est une agence internationale d’architecture et design qui rassemble architectes, paysagistes, architectes d’intérieur, designers, chercheurs et artistes. Crée en 1989, son premier projet est la commande de l’UNESCO pour la bibliothèque d’Alexandrie, accueillant un centre culturel et une bibliothèque devenant le germe d’autres grands projets comme l’Opéra d’Oslo, ces deux projets ont été honorés par de nombreux prix internationaux. Aujourd’hui Snøhetta travaille sur plusieurs projets en France : le centre d’interprétation d’Art Pariétal à Montignac-Lascaux qui ouvrira ses portes en décembre 2016, le nouveau centre de congrès à Annecy et le siège social du groupe Le Monde.

L’agence Snøhetta

L’agence NC (Nathalie Crinière)


L’Agence NC explore toutes les mises en scène d’expositions et de parcours muséographiques : qu’ils soient permanents, temporaires, petits ou grands, patrimoniaux ou thématiques, modestes ou spectaculaires, culturels ou événementiels, la signature de l’agence s’applique à une grande diversité de projets.


















Ainsi l’agence a-t-elle pu cette année ouvrir l’espace des Piying et de Muou au Musée National de Chengdu en Chine mais aussi mettre en scène la Biennale des Antiquaires au Grand Palais en 2016.

Nathalie Crinière

©  Musée Carnavalet  / Mairie de Paris

Les chiffres de fréquentation confirment le succès des musées :


Fréquentation : 3 106 738 visiteurs en 2015 Expositions temporaires :

1 397 916 visiteurs Collections permanentes : 1.708.822 visiteurs

Remerciements à Valérie Guillaume, Directrice du musée Carnavalet - Histoire de Paris, Constance Lombard Responsable du service communication, presse et multimédia, André Arden Attaché de presse.  Toute reproduction même partielle d’un document est rigoureusement interdite. Copyright All Rights Reserved © 2016 -2017  Infoquartiers.com / Musée Carnavalet.

#carnavalet