Centre des monuments nationaux

CMN

 
Les grandes missions...

Hôtel de Sully 

62 rue Saint-Antoine

75186 Paris cedex 04 

Tél : 01 44 61 20 00

Sully © CMN

de cet Établissement public

Bienvenue en l’Hôtel particulier de Sully,

l’un des plus beaux du quartier du Marais, siège du Centre des monuments nationaux.

Siège du Centre des monuments nationaux, l'hôtel de Sully est l'un des plus beaux hôtels particuliers du Marais à Paris. Afin d'améliorer sa présentation au public et de rendre accessible à la visite ses espaces les plus emblématiques, l'aile Ouest de la cour d'honneur, la librairie et l'orangerie, l'Hôtel a fait l'objet d'une  campagne de restauration tant extérieure qu'intérieure, menée pour le compte du CMN, en partie sous la conduite du Service national des travaux, par l'architecte en chef des Monuments historiques, Jean-François Lagneau. 

De décembre 2008 à 2010, puis de décembre 2011 à octobre 2012, les appartements de la Duchesse (situés à l'étage) ont été restaurés. Ils ont été restitués dans leur état du XVIIème siècle (dans leurs décors et mobiliers), et ont retrouvé leur caractère d'habitation.

Il s'agissait essentiellement de la restauration de boiseries et de décors peints ayant déjà fait l'objet d'une intervention lors de la grande restauration de l'hôtel dans les années 1960. Situé au cœur du bâtiment, les travaux ont apporté de sérieux désagréments à ses occupants. La réouverture au public, pour souhaitable qu'elle soit, entraine également de nombreuses difficultés pour dissimuler au mieux les dispositifs sécuritaires actuels.

Dépose

des menuiseries 

appartement

de la Duchesse

de l'hôtel de Sully


Photo :  © DR / CMN

Les restaurations passées étaient plus réalisées par des décorateurs que par des restaurateurs. De plus, l'appartement avait été utilisé comme bureaux pour le CMN ; ce qui n'avait qu'accéléré les dégradations. Son ouverture ponctuelle au public, l'installation d'un mobilier connu par les nombreux inventaires, va permettre sa mise en valeur et une présentation conforme à celle de ses origines.

Plafond peint

avant restauration

Décor peint avant restauration


Photo : © DR/CMN

Antichambre

après restauration


Photo :

© Philippe Berthé / CMN

 

Une des missions du CMN:

conserver, restaurer

et entretenir


Les monuments (comme ci-dessous l’Arc de Triomphe, Paris)  et les collections placés sous sa responsabilité en y conduisant, sous le contrôle scientifique et technique des services du ministère de la Culture et de la Communication, des opérations visant à prévenir leur dégradation et à étendre leur durée de vie.  

Bâches de chantier de l'Arc de Triomphe 

Photo  ©: DR / CMN

Arc de Triomphe, Paris


En 2010, afin de retrouver toute la valeur de ces groupes sculptés qui ornent le plus grand axe du monde, le Centre des monuments nationaux a décidé d'en confier la restauration à l'architecte en chef des monuments historiques, Etienne Poncelet. 

Quatre groupes sculptés ornent les piédroits de l'Arc de Triomphe. Ces chefs-d'œuvre illustrent « l'Entrée de Napoléon», «Le départ des volontaires», «La Prise d'Alexandrie»», et «La Bataille d'Austerlitz ». Le plus célèbre d'entre eux, « Le Départ des volontaires » dit encore La Marseillaise, a été réalisé par le sculpteur du Romantisme François Rude, en 1792. Antoine Etex et Jean-Pierre Cortot sont les deux autres sculpteurs.

Ci-dessus: Groupes sculptés de l'arc de triomphe

avant restauration.

Ci-dessous : Détail des groupes sculptés restaurés


Photos © : DR / CMN

Grâce aux conseils du Laboratoire

de Recherche des Monuments Historiques et à l'expérience des restaurateurs, la « symétrie »de l'œuvre originale, au sens classique du terme, fut restituée y compris le glaive bronze du génie de la Guerre et la trompette adoucie, de ton miel, de la Renommée. 

Le CMN,

Opérateur patrimonial intégré de référence


Le CMN, depuis qu’il est responsable de la conservation et de la restauration des monuments et des collections, est devenu un opérateur intégré, responsable de l’ensemble de la chaîne de conservation, présentation et valorisation des monuments entendus comme des ensembles patrimoniaux complexes (bâti, collections, espaces naturels).

Pour mener à bien ce chantier, l'architecte en chef des monuments historiques a eu recours à de nombreux intervenants, (notamment du LRMH)... Cette opération a également bénéficié de l'aide technique de la société Kärcher (pour la réalisation d'essais de nettoyage des différents types de pierre). L'opération a été entièrement mécénée par la société Dassault, à hauteur de 800 000 euros.

Ci-dessous :

Groupes sculptés de l'Arc de Triomphe restaurés  

Photo © : Philippe Berthé / CMN

Quelques vues de chantiers de rénovation et restauration menés par le CMN

SAVEZ-VOUS QUE..


Le Centre des monuments

nationaux créé en 1914

est un établissement public

placé sous la tutelle

du Ministère de la culture 

et de la communication.

Ce Centre regroupe 

une centaine de monuments

historiques, propriétés

de l’Etat et ouverts

à la visite, et accueille

chaque année près

de 8,5 millions de visiteurs.

Les façades restaurées de l'hôtel de Sully / Photos © : Philippe Berthé / CMN

Les façades de la cour d'honneur et de la rue Saint-Antoine de l'hôtel de Sully, restaurées dans les années 1950 et 60 au moyen de ragréages de ciment, s'effritaient. Elles étaient également encrassées du fait de la pollution. Les façades ainsi que les éléments sculptés dégradés nécessitaient donc d'importants travaux de restauration, principalement de nettoyage et de mise en sécurité.

Les parements effrités Restauration des corniches, comportant

le remplacement de certains blocs de pierre 


Photo © :  CMN

Une  campagne de restauration

tant extérieure qu'intérieure, menée

pour le compte du CMN

Le mot de l’architecte

Ces travaux, indispensables et pour la présentation de l'édifice et pour la sécurité des personnes, se sont déroulés dans un espace contraint et en site occupé, c'est à dire en présence de personnels et du public. Ceux-ci ont dû supporter pendant une année les gênes liées aux bruits et à la poussière ainsi qu'à l'encombrement des échafaudages et de la  base vi et en permanence, il fallait expliquer pourquoi de telles contraintes étaient inévitables. Des visites des travaux ont permis de mieux les faire comprendre. 

Frise sculptée encrassée, décor érodé de l'hôtel

de Sully


Photo © :  CMN

Comme souvent sur un monument historique, les travaux étaient destinés essentiellement à une bonne transmission aux générations futures, il fallait réparer les dégradations constatées, dues au passage du temps et à l'utilisation de matériaux non adaptés, tout en veillant à la préservation de l'authenticité des façades. Ce qui n'apparaît maintenant que comme un simple nettoyage était en réalité beaucoup plus complexe ! 

Restauration

de la voûte à caissons

du hall d'accès


Photo © :  CMN

Les acteurs

Pour mener à bien ce chantier, l'architecte en chef des monuments historiques a eu recours à de nombreux intervenants, associant des maçons, tailleurs de pierre, sculpteurs, ingénieurs en laboratoir

Chaque anné plus de 200 chantiers !

Le Centre des monuments nationaux a pour mission de mettre en valeur et d'ouvrir au public les monuments nationaux. Depuis 2007, il est également chargé d'étudier, d'inventorier, d'enrichir, d'entretenir et de restaurer ces bâtiments et leurs collections pour leur transmission aux générations futures. Grâce à ce double objectif, l'établissement est en mesure d'offrir, sur la base d'une programmation cohérente, des prestations de visite de qualité, alliant enjeux d'accueil, de conservation, de mise en valeur et d'accessibilité des monuments. 
Les travaux sont programmés et suivis par un service unique, la direction de la conservation des monuments et des collections.

L’Abbaye de Cluny (Saône & Loire)

Les travaux : le grand transept


Sur l'ensemble des élévations et des voûtes, les  ragréages et les enduits postérieurs à la fin du XVIIIème siècle ont été purgés et remplacés par des matériaux correspondant aux enduits et aux badigeons anciens qui, quant à eux, ont été restaurés, tout comme les chapiteaux, dont certains ont gardé des traces de polychromie. La grande ouverture qui relie la « sacristie » à la  travée sud du grand transept a été rebouchée et la baie aveugle originale a été rétablie sur toute sa hauteur.

Le petit transept

L'intervention a consisté pour une grande partie en une restauration à l'identique, en consolidant les rares vestiges de sculpture et en remaillant les maçonneries des parements.

A la fois dans un souci de conservation et afin de favoriser la compréhension des vestiges, le couvrement de la travée sud a été restitué dans sa forme de voûte en berceau brisé, grâce à des techniques et des matériaux traditionnels.

Le grand transept avant et après restauration 


Photos © : DR - CMN

La restauration des transepts s'est inscrit dans le Contrat de plan Etat-Région qui a permis l'association de nombreux acteurs : les collectivités locales (la commune, le conseil général et le conseil régional), l'ENSAM, le FNADT, le ministère de la culture, l'Europe, le CMN, mais aussi quelques mécènes. Pour mener à bien ce chantier, l'architecte en chef des monuments historiques a eu recours à de nombreux intervenants, associant maçons, tailleurs de pierre et sculpteurs.

Vues sur la voûte

en berceau brisé restituée et décor sculpté restauré 


Photo © : DR / CMN

Un peu d’histoire...

Dans le cadre du programme « Cluny 2010 » mené à l'occasion du 1100ème anniversaire de la fondation de l'abbaye, le CMN et la Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne ont confié à l'architecte en chef des monuments historiques, Frédéric Didier, la restauration du grand et du petit transepts de l'ancienne abbatiale.

L'abbaye bénédictine

de Cluny


L'abbaye de Cluny fut fondée en 910 par Guillaume le Pieux, duc d'Aquitaine. Il donne ses terres de Cluny aux apôtres Pierre et Paul, soustrayant ainsi l'abbaye du pouvoir de l'évêque et des seigneurs laïcs. Il choisit Bernon comme premier abbé. Les moines doivent suivre la règle bénédictine. L’abbaye de Cluny est à la tête d'un réseau de près de 1400 dépendances et d'environ 10 000 moines répartis dans l'Europe entière. L'abbé alors en place, Hugues de Semur, décide de faire construire une église abbatiale mais également la puissance de Cluny. En 1088, commence le chantier de la "Maior Ecclesia", la plus grande église romane jamais construite dont les voûtes culminent à 30 m.



Un siècle plus tard, on construira l'avant-nef. Ainsi, l'église abbatiale de Cluny, la "Maior Ecclesia" ou encore Cluny III sera la plus grande église de la chrétienté pendant près de 400 ans.


Des abbès illustres comme Richelieu, Mazarin


Vers 1750, on reconstruit les bâtiments conventuels et on dote ainsi l'abbaye d'un vaste complexe de style classique. Les moines sont alors expulsés et dispersés dans les paroisses environnantes, les bâtiments sont saisis comme biens nationaux et mis en vente. L'immense église est alors achetée par des marchands de matériaux qui l'utiliseront comme carrière de pierre et démantèleront peu à peu ce chef-d'œuvre de l'art roman.

© CMN

Un autre chantier...

Le Château de Montal, (Lot)

Remise aux normes électriques, consolidation

des brocatelles et restauration des collections.

Montal est, avec le château d'Assier, le plus exceptionnel témoignage de la pénétration des modèles architecturaux de la première Renaissance française en Quercy. Construit par une femme, alors qu'Assier est l'oeuvre d'un homme attaché au fait militaire, il reflète un art de vivre et une harmonie jusque dans les plus infimes détails de ses décors.

Vue du château de Montal (Lot) 

Photo © : Philippe Berthé / CMN

SAVEZ-VOUS QUE..

Les travaux sont programmés et suivis par un service unique, la direction de la conservation des monuments et des collections, qui mène chaque année plus de 200 chantiers sur l'ensemble du territoire

Un important chantier se déroule au château de Montal, dans le Lot, depuis janvier 2015. Le Centre des monuments nationaux procède non seulement à la mise aux normes électriques et à la mise en sécurité du monument, mais aussi à la consolidation des brocatelles qui ornent les murs du premier étage. En parallèle, un chantier des collections permet de restaurer un grand nombre d'objets et pièces de mobilier du château.

Ci-dessus : La salle d'honneur du château, avant travaux 

Photo : © CMN - photo Domi


Ci-dessous : Exemple de l'état des brocatelles avant travaux 

Photo : © photo Domi.


Dépose partielle des brocatelles afin de faire passer les câbles électriques - Photo : © CMN Ronan Le Roscoët

Les travaux

La réfection complète des réseaux porte sur la distribution électrique, sur les commandes et appareils d'éclairage, et comprend aussi l'installation de lustres et d'un nouveau système de sécurité pour prévenir les risques d'incendie.



Ces travaux, menés par l'architecte en chef des monuments historiques Jean-Louis Rebière et d'un montant de 1,7 M€, devraient s'achever en mars 2016. Ils seront complétés par l'aménagement d'une boutique, à laquelle les personnes à mobilité réduite pourront accéder grâce à l'installation d'un élévateur,

La simple dépose des brocatelles ne pouvait être envisagée du fait de leur extrême fragilité. Le CMN a donc étendu le chantier à la consolidation des brocatelles recouvrant les murs des six salles du premier étage du château, et à la restauration des collections, afin de parachever l'ensemble.

Câbles électriques en attente de distribution.

Photo : © CMN, Ronan Le Roscoët

Les restauratrices ont installé un atelier temporaire sur place pour procéder aux retouches

Photos : © CMN Ronan Le Roscoët

La restauration

des collections

Dépoussiérage du mobilier par la restauratrice textiles

Photo : © CMN Renaud Serrette.


Dépose du grand lustre de la salle

Robert de Balsac, © CMN Pascale Thibault.

Ci-dessous :

Céramique avant et après restauration   

© Marie Petit


Pendant les travaux, les collections

du château sont déménagées

et bénéficient d'un dépoussiérage, d'une consolidation,

et de restaurations ponctuelles.

Château

de Rambouillet (Yvelines)

Sous la direction

de Neil Stratford

Collection Hors Collection

Laiterie de la reine et chaumière aux coquillages

Le château de Rambouillet a fermé ses portes en mars 2016 en raison de travaux de restauration. Toutefois, la Laiterie de la reine Marie-Antoinette et la Chaumière aux coquillages de la princesse de Lamballe, deux bijoux architecturaux du XVIIIème siècle, demeurent ouvertes à la visite. Deux surprises architecturales au cœur d’un jardin historique.Ces deux fabriques de jardin n’ont rien à envier à leur château ! Venez découvrir, le temps d’une matinée ou d’un après-midi, le faste de toute une époque à la Laiterie de la reine et vous émerveiller devant la finesse inégalée des décors de la fameuse Chaumière aux coquillages.
Pour parfaire votre journée, de nombreuses activités vous sont proposées dans les jardins historiques du domaine, d’avril à octobre : balade à vélo, Rosalie ou voiturette électrique, promenade en barque sur les canaux du jardin à la française, ou encore pause gourmande à l’ombre des tilleuls …

Photo © : DR / CMN

En février 2015, de lourds et hauts échafaudages ont recouvert l'aile Ouest du château de Rambouillet, témoignant ainsi du lancement d'une restauration de grande ampleur.e château se refait ainsi une beauté, sous l’impulsion du Centre des monuments nationaux. Les toitures, montées en 1961, seront remises à neuf, tandis que façades et menuiseries recevront les soins des divers artisans en vue d’améliorer la présentation d’ensemble du château.

La diversité des jardins historiques


L’ensemble du bâti se développe au cœur d’un véritable écrin de verdure d’environ 150 hectares et composé de jardins aménagés à différentes époques : jardin régulier dit « à la française », jardin anglo-chinois, arboretum et jardin paysager du XIXème siècle invitent les visiteurs à une agréable promenade champêtre.

La Laiterie de la reine et la Chaumière aux coquillages


Ces deux fabriques de jardin n’ont rien à envier au château. Ouvertes à la visite en parcours commentés, elles invitent le visiteur à pénétrer dans l’atmosphère délicate de la vie nobiliaire de ce XVIIIème siècle des Lumières. La Chaumière aux coquillages est aménagée dans les années 1770 dans le nouveau jardin anglo-chinois commandé par le duc de Penthièvre. Conçue comme un cadeau pour sa belle-fille, la princesse de Lamballe, cette fabrique destinée à orner le jardin offrait une halte bienvenue au cours d’une longue promenade. Alors que l’extérieur semble très rustique, le salon intérieur développe un décor de coquillages d’une rare qualité.

En 1783,


Louis XVI acquiert le domaine de Rambouillet, qui devient alors résidence royale. Souhaitant attirer Marie-Antoinette dans sa nouvelle demeure, Louis XVI commande à ses plus grands artistes l’aménagement d’une laiterie d’apparat. Jacques-Jean Thévenin, architecte du roi, Hubert Robert, dessinateur des jardins du roi, ou encore Pierre Julien, sculpteur, associent leurs talents et offrent à la reine un véritable petit temple dédié au lait.

Prévus jusqu’en 2017, ces travaux concernent l’ensemble du monument, corps de logis principal inclus.  Cette restauration de l’enveloppe extérieure du château est une étape indispensable avant d’envisager la rénovation des salons intérieurs.  Le château ferme ses portes au printemps 2016 et pour toute la durée des travaux. Toutefois, les jardins, la Laiterie de la reine Marie-Antoinette et la Chaumière aux coquillages demeurent ouverts à la visite.

La commission européenne a décerné le label européen à 16 sites de l’Union Européenne dont l’abbaye de Cluny. Ce label a été officiellement décerné par Tibor Navracsics, Commissaire Européen à l’Education, la Culture, la Jeunesse et les Sports, le 15 avril 2015 lors d’une cérémonie au Parlement européen à Bruxelles.

Offrez-vous quelques

moments de plaisir avec

Les Éditions du Patrimoine

Les contributions d’une quarantaine de spécialistes pour faire le point sur les connaissances les plus actuelles concernant l’abbaye, sa construction, son histoire, le développement de ses « filiales » dans toute l’Europe, son influence artistique
Un beau livre de référence dans lequel une iconographie somptueuse accompagne des textes scientifiques remarquables

Illustrations d’Émilie Ramon Collection Cahiers  d’Activités

Des activités à découvrir

Corrine Albaut, Nathalie Muratet

Illustrations de David Giraudon

Collection Minitinéraires

Photo © : DR / CMN

Anne Baud,

Christian Sapin

Collection

Itinéraires

Nouvelle édition.

L’une des plus vastes abbayes de l’Occident chrétien. Le point sur les fouilles récentes. L’essentiel d’un chef d’œuvre de l’art roman accessible à tous

Frédéric Sartiaux

Collection Regards...

Christian Depouille,

Amandine  Souvré

Collection Itinéraires

Hôtel de la Marine (Paris)

Réouverture prévue en 2018

© Jean-Pierre Delagarde - Centre des monuments nationaux

Un peu d’histoire...


L’Hôtel de la Marine. Situé sur la place de la Concorde à Paris, le monument connu sous le nom de l’Hôtel de la Marine a été conçu et réalisé entre 1757 et 1774 par Ange-Jacques Gabriel. Initialement Garde-Meuble de la Couronne (ancêtre du Mobilier national), il a été le théâtre d’événements historiques importants, comme l’abolition définitive de l’esclavage en France en 1848. Pillé en 1789, il devient à cette période le lieu d’installation du Secrétariat d’Etat à la Marine, qui lui a donné son nom. Il a été le siège du commandement et de l’administration de la Marine jusqu’au 31 décembre 2015.

L’essentiel accessible à tous ;

Un format pratique, un texte historique concis et un ensemble d’images largement commentées pour une approche

du monument à un prix raisonnable.

Après la rénovation,

la réouverture de l’Hôtel

de la Marine est prévue en 2018


Le Centre des monuments nationaux, établissement public sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, a été désigné en qualité d’opérateur unique de l’Hôtel de la Marine à partir du 1er janvier 2016, après le départ de l’Etat-major de la Marine nationale. Le Centre des monuments nationaux ouvrira le monument à la visite en 2018, après une importante campagne de travaux.

La galerie dorée

de l'Hôtel de la Marine / CMN

Le salon d'honneur

de l'Hôtel de la Marine / CMN

Photos dessus/dessous

© Jean-Pierre Delagarde 

Centre des monuments nationaux

© Jean-Pierre Delagarde - Centre des monuments nationaux

Quelques grands monuments sur les 100 que compte le CMN :  


Site archéologique de Carnac,  Abbaye de Montmajour, Mont-Saint-Michel, Château d’If, Azay-le-Rideau,  Domaine national de Saint-Cloud, Arc de triomphe

ou encore villa Savoye.

Ces monuments constituent quelques-uns des 100 monuments nationaux, propriétés de l’Etat confiés au Centre des monuments nationaux. Premier opérateur public, culturel et touristique avec près de 9,5 millions de visiteurs par an, le Centre des monuments nationaux conserve et ouvre à la visite des monuments d’exception ainsi que leurs parcs et jardins.


Après l’ouverture au public du Fort de Brégançon en 2014 et de la Villa Cavrois restaurée en 2015, le CMN assure la gestion de la Villa Kérylos à partir du 1er janvier 2016 et prépare l’ouverture à la visite de l’Hôtel de la Marine pour 2018.

Sans aucun lien avec les étoiles, le soleil ou la lune, ces ensembles monumentaux, protégés au titre des Monuments Historiques depuis la fin du XIXe siècle, sont aujourd'hui considérés comme les vestiges d'architectures élaborées en connexion avec des monuments funéraires encore présents aux abords ou au sein même des files de monolithes.


© Pierre Converset / CMN

Le monument présente des éléments patrimoniaux de différentes époques : une nécropole creusée dans la roche et dotée d’une chapelle troglodyte du XIe  siècle, « l’Ermitage Saint Pierre » ; la chapelle Sainte-Croix du XIIe  siècle, unique en Provence du fait de son plan rayonnant en forme de trèfle qui dessine l’image d’un reliquaire ; une église du XIIe  siècle avec une nef de six travées et un cloître très ornementé ; la tour Pons de l’Orme du XIVe  ; enfin le monastère Saint-Maur, bâtiments du XVIIIe siècle dont le cellier à été aménagé au XXe siècle par Rudy Ricciotti.


© Ludovic Fortin / CMN

En 1421, aux pires heures du siège, le chœur roman de l’église s’effondre, il ne sera totalement reconstruit qu’un siècle plus tard dans l’élan de l’art gothique flamboyant. Au XVIIe et XVIIIe siècle, le Mont, déserté par ses abbés commendataires, perd de son importance, tant sur le plan militaire que religieux.


© René Jacques / CMN

Abbaye du Mont-Saint-Michel, église abbatiale, fenêtre hautes du choeur

Photo : © Colombe Clier /

Centre des monuments nationaux

Une forteresse clé. François Ier assigne au château d'If un triple but : protéger les côtes d'une invasion, couvrir les sorties et le mouillage de la toute nouvelle flotte de galères royales, et surveiller Marseille, rattachée au Royaume de France en 1480.  Une prison d'État. Les opposants au pouvoir y sont emprisonnés dès 1580 et jusqu'en 1871, Protestants et Républicains en tête.  Un lieu mythique mondialement connu. Alexandre Dumas publie Le Comte de Monte-Cristo en 1844. If est le lieu de détention du héros, Edmond Dantès. Le roman rencontre un énorme succès : traduit dans le monde entier, vingt-trois films s'en inspirent. Photo : © CMN

Le château d'Azay-le-Rideau est bâti sur une île au milieu de l'Indre sous le règne de François Ier. Subtile alliance de traditions françaises et de décors innovants venus d'Italie, il est une icône du nouvel art de bâtir du Val-de-Loire au XVIème siècle. Vers 1510, Gilles Berthelot, conseiller du roi Louis XII et trésorier de France achète la forteresse médiévale d'Azay ainsi que les terres qui l'entourent. Cette possession seigneuriale doit renforcer sa nouvelle position sociale : fils d'un maître de la Chambre des comptes, Gilles Berthelot est devenu noble en héritant de la charge de son père. Il s'est illustré au service du roi de France en créant de nouvelles taxes, qui ont eu pour conséquence de remplir les caisses du royaume. Photo : © CMN

Le parc d'un château disparu. Façonnés au XVIe siècle, le château et son parc sont embellis par Monsieur, frère de Louis XIV, et ses architectes Le Pautre et Hardouin-Mansart. La reine Marie-Antoinette poursuit les transformations. Résidence d'été des souverains au XIXe siècle, le château est incendié en 1870. Trop intimement lié aux souvenirs de la monarchie et de l'Empire, le bâtiment est rasé en 1892.
 
Un lieu de loisirs. Tout au long du XVIIIe siècle, des fêtes somptueuses sont données à Saint-Cloud. Chaque mois de septembre, la « fête de Saint-Cloud » rassemble Parisiens, marchands, forains et comédiens. Photo : © CMN

Du 18 octobre 2016 au 18 mars 2017, ne manquez pas l'exposition "L'homme debout" de l'artiste sud-coréen CHUNG Hyun au domaine national de Saint-Cloud !  « L’HOMME DEBOUT », ensemble de sculptures, de l’artiste sud-coréen CHUNG Hyun, exposées sur la terrasse des statues du Domaine national de Saint-Cloud, est une dédicace à la force de l'homme qui se dresse contre le passage du temps et des évènements. Commissaire d’exposition : Cyril Ermel, IBU Gallery.

Les cinq points d'une architecture nouvelle. Formulés par Le Corbusier en 1927 pour théoriser les principes fondamentaux du Mouvement moderne, ils découlent de l'emploi du béton armé : pilotis, toit-jardin, plan libre, fenêtres en longueur, façade libre - tous mis en œuvre pour la villa. D'origine suisse, Charles-Édouard Jeanneret (1887-1965), dit Le Corbusier, fait partie des avant-gardes parisiennes. Il est membre fondateur des Congrès internationaux d'architecture moderne (Ciam) lancés en 1928.
Un édifice majeur. Cette maison de week-end termine le cycle des villas de l'architecte et synthétise le vocabulaire architectural moderne. Laissé à l'abandon, l'édifice est restauré par les services de l'État de 1963 à 1997 et classé monument historique dès 1964, du vivant de son auteur, un fait rarissime. Photo : © CMN

Site archéologique de CARNAC (56)

Abbaye de  Montmajour  (13)

Abbaye du Mont-Saint-Michel (56)

Le château d’If (13)

Le château d’Azay-le-Rideau (37)

Domaine national de Saint-Cloud (92)

Expo : CHUNG Hyun

«L’Homme debout»

Villa Savoy à Poissy (78)


Ouvrir à la visite et animer près de 100 monuments nationaux appartenant à l'État et répartis sur l'ensemble du territoire.


Le CMN a pour vocation de rendre ces monuments accessibles au plus grand nombre, notamment aux publics prioritaires.


Avec près de 400 manifestations par an...


Favoriser la participation des monuments nationaux à la vie culturelle et au développement du tourisme, en concertation avec les directions régionales des affaires culturelles, les collectivités territoriales et les réseaux d'institutions culturelles.  Assurer une mission d'éditeur public sous la marque Éditions du patrimoine et contribuer à la connaissance et à la promotion du patrimoine.

RICHESSE DU PATRIMOINE !


Du Nord au Sud, d'Est en Ouest,

de la Préhistoire au patrimoine

du XXe siècle, découvrez

le réseau du Centre des monuments nationaux. 

GRAND EST

Château de la Motte Tilly (10)

Palais du Tau à Reims (51)

Tours de la cathédrale de Reims (51)

NORMANDIE

Abbaye du Bec- Hellouin (27)

Abbaye du Mont-Saint-Michel (50)

Château de Carrouges (61)

AUVERGNE - RHÔNE-ALPES

Château d’Aulteribe (63)

Château de Chareil-Cintrat  (03)

Château de Villeneuve-Lembron ( 63)

Château de Voltaire à Ferney  (01)

Cloître de la cathédrale

du Puy- en- Velay  (43)

Monastère royal de Brou

à Bourg-En-Bresse  (01)

NOUVELLE AQUITAINE

Abbaye de Charroux (86)

Abbaye de la Sauve-Majeure (33)

Château d’Oiron (79)

Château de Cadillac (33)

Château de Puyguilhem (24)

Grotte de Pair-Non-Pair (33)

Site archéologique de Montcaret (24)

Site Gallo-romain de sanxay (86)

Sites préhistoriques

de la Vallée de Vézère (24)

Tour Pey-Berland à Bordeaux (33)

Tour de La Rochelle (17)

BOURGOGNE -

FRANCHE-COMTÉ

Abbaye de Cluny (71)

Cathédrale de Besançon

et son horloge astronomique (25)

Château de Bussy-Rabutin (21)

PAYS DE LA LOIRE

Château d’Angers (49)

Maison de Georges Clémenceau

à Saint-Vincent- Sur-Jard (85)


PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

Abbaye de Montmajour (13)

Abbaye du Thoronet (83)

Château d’If (13)

Cloître de la cathédrale de Fréjus (83)

Fort de Brégançon (83)

Hôtel de Sade (13)

Monastère de Saorge (06)

Place forte de Mont-Dauphin (05)

Site archéologique de Glanum (13)

Trophée d’Auguste à la Turbie (06)

Villa Kérylos (06)


OCCITANIE

Abbaye de Beaulieu-en-Rouergue (82)

Château d’Assier (46)

Château de Castelnau-Bretenoux (46)

Château de Gramont (82)

Château de Montal (46)

Château et remparts de Carcassonne (11)

Port de saint-André

à Villeneuve-Lez-Avignon (30)

Forteresse de Salses (66)

Site archéologique de Monmaurin (31)

Site archéologique et musée d’Ensérune (34)

Tours et remparts d’Aigues-Mortes (30)


BRETAGNE

Alignements de Carnac (56)

Cairn de Barnenez (29)

Maison d’Ernest Renan à Tréguier (22)

Site des Légalithes Locmariaquer (56)

HAUTS-DE-FRANCE

Château de Coucy (02)

Château de Pierrefonds  (60)

Colonne de la Grande Armée

à Wimille (62)

Tours de la cathédrale d’Amiens (80)

Villa Cavrois (59)

PARIS (75)

Arc de Triomphe

chapelle expiatoire

Colonne de Juillet, Place de la Bastille

Conciergerie

Domaine national du Palais royal

Hôtel de la Marine

Hôtel de Sully

Musée des Plans reliefs

Panthéon

Sainte-Chapelle

Tours cathédrale N.Dame de Paris

PAYS DE LA LOIRE

Château d’Angers (49)

Maison de Georges Clémenceau

à Saint-Vincent- Sur-Jard (85)


PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

Abbaye de Montmajour (13)

Abbaye du Thoronet (83)

Château d’If (13)

Cloître de la cathédrale de Fréjus (83)

Fort de Brégançon (83)

Hôtel de Sade (13)

Monastère de Saorge (06)

Place forte de Mont-Dauphin (05)

Site archéologique de Glanum (13)

Trophée d’Auguste à la Turbie (06)

Villa Kérylos (06)


CENTRE-VAL DE LOIRE

Château d’Azay-Le-Rideau (37)

Château de Bouges (36)

Château de Châteaudun (28)

Château de Fougères-sur-Bièvre (41)

Château de Talcy (41)

Cloître de la Spalette à Tours (37)

Maison de Georges Sand  à Nohant (36)

Palais Jacques Coeur  à Bourges (18)

Tour et crypte de la cathédrale

de Bourges (18)

Tours de la cathédrale de Chartres (28)


ILE-DE-FRANCE (Hors Paris)

Basilique cathédrale de Saint-Denis (93)

Château de Maisons (78)

Château de Rambouillet,

laiterie de la reine

et Chaumière aux coquillages (78)

Château de Vincennes (94)

Châteaux et parcs de Champs-sur-Marne (94)

Domaine national de Saint-Cloud (92)

Domaine national de Jossigny (77)

Maison des Jardies à Sèvres (92)

Villa Savoye à Poissy (78)

LES FONDS DOCUMENTAIRES ET LE SERVICE

Le pôle bibliothèques-documentation du Centre des monuments nationaux gère un fonds documentaire constitué principalement d'une bibliothèque d'étude comprenant près de 15 000 volumes et une centaine de titres de périodiques (dont une quarantaine suivis), auxquels il faut adjoindre une centaine de dossiers documentaires concernant chacun des monuments gérés par l'établissement ainsi que des thématiques associées. Outre la bibliographie spécifique aux monuments et sites que le Centre des monuments nationaux conserve et ouvre à la visite, la bibliothèque couvre tous les domaines associés à la connaissance des monuments nationaux et de leurs collections : Histoire, Architecture, Beaux-arts, Arts décoratifs, Patrimoine monumental et culturel, Jardins, Collections et musées, Politiques culturelles, etc.

Un fonds ancien d'ouvrages du 17e au 19e siècle, constituant la réserve de la bibliothèque, vient enrichir les possibilités d'étude.

LE PORTAIL DOCUMENTAIRE RÉFÉRENCES


Ce portail présente le catalogue de la bibliothèque et des divers  documents disponibles en consultation à la bibliothèque-documentation de l'hôtel de Sully. Références s'enrichit aussi progressivement des catalogues des bibliothèques documentaires des monuments (les bibliothèques du château d'Angers et du Panthéon sont d'ores et déjà consultables). Enfin, Références mentionne de nombreux articles sur l'histoire, l'architecture, le décor ou les collections des monuments. Vous pouvez consulter le site à l'adresse suivante  :


 www.references.monuments-nationaux.fr

INFORMATIONS PRATIQUES


Adresse
Bibliothèque-Documentation

Hôtel de Béthune-Sully

62 rue Saint-Antoine 75004  Paris
Accès
Métro Ligne 1 : stations Saint-Paul ou Bastille.

Bus : 96, 76, 69, 86, 87, 29
Horaires 
La bibliothèque-documentation est ouverte

du mardi au jeudi, de 14h00 à
17h30 et le vendredi de 09h30 à 13h00.

Pour les personnes extérieures au Centre
des monuments nationaux,

l'accès se fait uniquement sur rendez-vous

et surmotivation de la recherche.


Courriel de la bibliothèque :

bibliotheque@monuments-nationaux.fr

Photos ci-dessus  : © CMN

Accueil.html

Centre des monuments nationaux


Hôtel de Sully 
62 rue Saint-Antoine 
75186 Paris cedex 04 
Tél. 01 44 61 20 00

LES TRANSPORTS POUR SE RENDRE AU CMN


RER : Paris Austerlitz RER C

MÉTRO : Saint Paul Le Marais

TRANSILIEN : Paris Gare de Lyon Banlieue

TRAMWAY : BARON LEROY T3A

BUS : BIRAGUE 69- 76

STATION VÉLIB  : Saint-Paul Pavée 26 stands libres
STATION AUTOLIB' : Station Voirie Paris Neuve Saint Pierre

SE RENDRE AU CENTRE DES MONUMENTS NATIONAUX PARIS IV°

ou par correspondance :

CMN

62 rue saint-Antoine

75186 Paris cedex 04

CMN :

Conciergerie :

Sainte-Chapelle :

Sincères remerciements à Philippe Bélaval Président du CMN  (Centre des monuments nationaux),  à ses directions, à Camille Boneu, Responsable pôle presse et partenariats médias pour son aimable autorisation, à Anne Lambert de Cursay attachée de presse, Agathe Saatdjian-Devissaguet Assistante de presse au CMN pour leur précieuse contribution. © 2016-2017.  Toute reproduction même partielle du document est rigoureusement interdite Copyright All Rights Reserved  © www.infoquartiers.com   © 2016-2017 La Sainte Chapelle / CMN.http://www.infoquartier.comshapeimage_4_link_0